›  Opinion 

"Stay At Home" : Où trouver des actifs refuges dans les marchés financiers pour 2021 ?

Si l’espoir porté par la découverte d’un vaccin a redonné des couleurs aux marchés financiers, l’incertitude continue de dominer chez les investisseurs. Après un rebond des marchés loin d’être généralisé, les valeurs « Stay At Home » et digitales devraient continuer de tirer les marchés à la hausse au début de 2021.

Certaines sociétés comme Tesla, ou encore Amazon, ont déjà atteint des niveaux stratosphériques : peuvent-elles encore surprendre les marchés financiers ? Les investisseurs ne sont peut-être pas au bout de leurs surprises… après tout, en 2020, ils étaient très loin d’imaginer une nouvelle baisse des taux !

Aujourd’hui les valorisations des obligations d’Etats sont au plus haut, même les plus risquées : la valeur d’un bon du trésor italien n’a jamais été aussi élevée. Et la tendance semble partie pour durer : les obligations devraient rester chères, avec des rendements très faibles, voire négatifs, pour longtemps. De ce côté, les investisseurs ont peu de raisons d’espérer trouver du rendement.

En moyenne, beaucoup de classes d’actifs affichent des valorisations très élevées et, en dépit d’un semblant de retour des actions dites « value », les actifs « Stay At Home » semblent regagner la préférence des investisseurs en bourse. La recrudescence de cas de variants de Covid-19, la lenteur des stratégies vaccinales et le reconfinement des populations expliquent en grande partie ce repli. Néanmoins, nous sommes convaincus qu’il reste des gisements à explorer.

Plusieurs thématiques d’investissement devraient bénéficier d’un véritable potentiel de croissance en 2021, parmi lesquelles la biotechnologie, l’immobilier coté, ainsi que les petites et moyennes capitalisations boursières. Les biotechs américaines, prédominantes au sein des valeurs technologiques, devraient présenter le potentiel de valorisation le plus important selon nous.

En première ligne dans la recherche d’un vaccin, l’apport des sociétés biotechnologiques a été précieuse et devrait continuer de peser. Notamment pour améliorer l’efficacité des vaccins, dans la recherche d’adjuvants et en matière de dissémination. Plus agiles que les grands laboratoires, les biotechs ont montré leurs capacités d’adaptation plus importante à la situation.

Le marché immobilier coté, qui a connu une correction extrême en 2020, pourrait également nous apporter de bonnes nouvelles. Il reste bien sûr difficile de savoir si les valorisations dans ce secteur sont correctes, mais un certain nombres d’indices, parmi lesquels la faiblesse persistante des taux d’intérêt, le regain d’intérêt pour l’immobilier résidentiel de qualité, et l’absence d’alternatives pour générer du rendement, plaident en la faveur d’un redressement des valorisations boursières de ces sociétés, principalement en Europe.

Enfin, 2020 a largement favorisé les grandes capitalisations boursières au détriment des petites et moyennes valeurs considérées comme plus vulnérables, moins liquides et donc plus risquées. En plus de cette sanction, les « small & mid cap » souffrent généralement d’une forte dégradation de leurs performances boursières en fin d’année, suivie d’une forte hausse en début d’année. Cette évolution s’observe particulièrement aux Etats-Unis, pour des raisons fiscales. On peut donc s’attendre à ce qu’elles surperforment une fois de plus lors du premier trimestre.

Gardons aussi en tête pour 2021, que les sociétés les plus vertueuses en matière d’engagements environnementaux, sociétaux et de gouvernance devraient continuer d’accaparer la préférence des investisseurs.

Georges Hübner , 12 février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés