›  Opinion 

Spéculateurs : meneurs ou détracteurs de marché ?

Les investisseurs finaux se font de plus en plus rares, l’ampleur de la décollecte sur l’ensemble des OPCVM en France durant le 2ème trimestre 2012 en est la preuve.

Cette décollecte concerne toutes les classes d’actifs, les marchés actions étant bien entendu les plus affectés…Ce phénomène n’est nullement spécifique aux OPCVM français, mais s’étend également aux autres grands marchés européens.

JPEG - 18.8 ko

La conséquence est de laisser une position prépondérante à des acteurs que certains qualifient de spéculateurs, reflet d’une « finance sans visage », bien loin de notre métier de base avec des agissements et des motivations parfois contraires à notre éthique et notre pratique de focalisation sur les fondamentaux des sociétés et la volonté de traquer les « bons coups » pour en faire bénéficier nos clients.

Paradoxalement, moins il y aura d’investisseurs finaux dans les marchés et plus les agissements des spéculateurs se feront ressentir, accentuant et resserrant ainsi à court terme les variations boursières et refroidissant ainsi d’autant plus les investisseurs finaux…

Ainsi, lorsque les régulateurs décident d’interdire les ventes à découvert (« short ban ») sur les valeurs financières, cela génère parfois des retournements spectaculaires, obligeant ainsi certains à racheter d’urgence des valeurs qu’ils étaient en train de « shorter ».

Dans cet exemple, Banco Santander et Unicredit terminent une journée mouvementée en hausse respective de +2.5% et +2.53% alors même que le secteur bancaire est en baisse de -1.83 % sur la même période.

JPEG - 19 ko

Lorsqu’une classe d’actif entière concentre les attaques de spéculateurs endurcis, la conjugaison d’un retour de la confiance progressif des investisseurs finaux conjugués à ces phénomènes techniques de rachats de positions vendeuses nous donneront des mouvements haussiers d’une rare ampleur, venant ainsi réjouir les détenteurs d’actions, qui comme nous, pensent que les niveaux actuels de valorisation ne reflètent absolument pas les fondamentaux de bons nombres de sociétés.

Marc Renaud , Août 2012

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés