Quel avenir pour le cac 40 ?

Prenons un peu de recul et oublions un instant les supports et résistances du jour, les points de Fibonacci à surveiller et posons nous la question suivante : quelle direction va prendre le CAC sur un horizon moyen long terme ?

Je suis né sur les marchés financiers pratiquement en même temps que le CAC 40 qui vit officiellement le jour le 15 juin 1988. Sachant que sa conception date du 31 Décembre 1987 avec un niveau de l’indice fixé à 1 000 points Autant dire que ma vie professionnelle a été et est encore, entre autres choses, rythmée par la vie de cet indice.

Pour autant, je ne suis pas un grand spécialiste du trading intra day voire intra week sur ce type d’indices et me garderai bien de donner des tendances et conseils sur ces horizons de temps

Ce qui m’intéresse est plutôt de me projeter dans le moyen long terme et d’essayer, autant que faire se peut , de déceler les grandes tendances directionnelles sur notre CAC « national »

Le marché financier est la plus belle expression de la démocratie : il y a les haussiers par conviction, les haussiers par obligation, les baissiers par conviction etc…Toutes ces divergences sont de nature à entretenir la liquidité du marché et tout simplement l’échange

Prenons un peu de recul et oublions un instant les supports et résistances du jour, les points de Fibonacci à surveiller et posons nous la question suivante : quelle direction va prendre le CAC sur un horizon moyen long terme ? Pour beaucoup ce serait un peu plus de 1500 points de hausse à attendre , ce qui porterait l’indice vers 5500

En ce qui me concerne, et ceux qui me lisent et m’écoutent régulièrement ne seront pas surpris, je maintiens un sentiment franchement baissier ; plus de 1500 points également mais dans l’autre sens, donc une zone 2400-2500 comme en mars 2003 et en mars 2009 mais cette fois ci sans les rebonds enregistrés à ces moments là

Les raisons d’une telle constance

- 1/ Naturellement un contexte macro-économique qui reste déprimé dans les principaux pays de l’OCDE : tout semblant de reprise n’est que technique avec des phénomènes de restockage ou artificiel avec un dopage auto-entretenu par la dépense publique – bien sûr inenvisageable aujourd’hui.
On me dira qu’il y a les émergents et que la croissance du PIB français n’a que peu d’importance pour expliquer le comportement de valeurs du CAC dont le poids du chiffre d’affaires à l’export progresse fortement (notamment pour les zones géographiques en forte croissance) … Certes mais il convient de bien suivre les politiques monétaires dans certains pays d’Asie et de comprendre que la nécessité de politiques de plus en plus restrictives risque de provoquer un soft ou hard landing dans certaines régions d’Asie . L’Inde (aujourd’hui directement par la hausse de ses taux directeurs) et la Chine (indirectement par la hausse des ratios de réserves obligatoires) ont besoin de combattre toute surchauffe inflationniste et risque de bulle sur certain actifs immobilier et financiers

- 2/ Mais la macroéconomie n’est pas l’essentiel pour anticiper un profond mouvement baissier sur le CAC et d’autres indices. Beaucoup d éléments extra-économiques et très structurels nous font rentrer dans un nouveau monde économique dans lequel l’investissement en actions sera découragé

  • • Il y a d’ abord le maintien d’une aversion au risque et le réinvestissement des excédents de liquidité en titres d’état des zones supposées – à tort ou à raison – les plus sûres : Etats Unis, France-Allemagne, UK … On est ici en présence d’un flight to quality et d’un flight to liquidity …Jusqu’au jour ou cette bulle obligataire se transformera en krach (impossible naturellement de savoir quand ? Parallèlement à ce papier, nous sommes en train de rédiger un article sur ce sujet) …De toute façon l’argent qui désertera les emprunts d’état ne retournera pas sur les actions
  • Parce que dans la désaffection vis-à-vis des marchés actions, il y a aussi comme explication essentielle les évolutions des réglementations prudentielles. Bâle 3 pour les banques et Solvency 2 pour les assureurs vont rendre pour les établissements de ces secteurs le capital plus rare et plus cher. Se recapitaliser avec des vrais fonds propres durs (le core tier 1 comme on dit) - et ceci indépendamment du retour de dépréciations d’actifs dans les bilans – va nécessiter de grosses augmentations de capital et maintenir une forte pression baissière sur les valeurs Bancassurance
  • Et puis si l’on n’arrive pas à se recapitaliser dans les conditions souhaitées en volume et en prix (niveau du spread de liquidité), eh bien il faudra veiller à économiser des fonds propres, donc à ne pas trop investir en actifs fortement consommateurs de capital (au rang desquels les actions)

Tout ceci est terriblement vicieux et sûrement anti-économique. On pense pouvoir éviter les crises systémiques demain en renforçant la réglementation ; on risque de casser durablement la machine économique. On ferait mieux comme nous l’écrivions ces jours ci de remettre en cause les normes actuelles de rentabilité actionnariale qui vont continuer à faire prendre aux banques les mauvais risques Voici ce que j’écrivais cette semaine dans un papier sur la taxation des banques

Plus vicieux , il faut s’attendre à une prise de risque accrue par les intermédiaires financiers s’ils conservent la même exigence qu’auparavant de rentabilité des fonds propres (choix systématique des actifs les plus risqués à l’intérieur des classes d’actifs entraînant la même consommation de fonds propres).

Les banques vont donc continuer à prendre des risques de plus en plus importants. Pas forcément les bons risques qui permettent de financer l’économie au moindre coût, mais les mauvais risques qui cherchent contre vents et marées à maintenir une rentabilité actionnariale aussi absurde qu’indécente.

Revenons-en pour finir au CAC 40. Il y a quatre niveaux de CAC qui ont marqué l’histoire récente des marchés : 6944 points le 04 septembre 2000 en pleine bulle des technos-medias-télecoms (c’est durant cette année 2000 que les analystes et économistes nous parlaient de la fin des cycles et de la croissance éternelle et qu’ils considéraient qu’ il fallait continuer à être long d’Alcatel à 97 euros , long de France Télécom à 220 euros et long de Vivendi à 140 euros ) . Autre date et autre niveau : l’ancien plus bas à 2401 points le 12 mars 2003, qui va marquer la fin de la purge télécoms dans un contexte géopolitique instable (seconde guerre du golfe et prime de risque liée au terrorisme) ; troisième date historique, le récent plus haut du 01 juin 2007 à 6168 points qui, va correspondre à la fin du cycle haussier et au début de la crise financière actuelle (non elle n’est pas finie et elle ne fait que perdurer en transférant les risques : du risque subprime au risque bancaire , du risque bancaire au risque souverain …) ; quatrième date historique le 09 mars 2009 avec l’ancien plus bas de 2465, correspondant à la période post Lehamn de liquidation forcée par des hedge funds et desks de trading de tous les actifs dit risqués (actions, high yield, émergents , alternatif)…

Un cinquième niveau historique nous attend probablement en 2011-2012 : au-dessus de 5500 points si l’on en croit certains ; en dessous de 2500 points selon moi …A l’heure ou de grands bouleversements économiques apparaissent (mondialisation et risques de guerre sur le marché des changes – de cela aussi on sera bien obligé de reparler), ou la sortie de crise n’est pas perceptible et ou des évolutions institutionnelles et réglementaires fortes apparaissent , il est impossible que l’on continue à évoluer dans ce trading range 3300-3900

Dans un papier sorti cette semaine et intitulé la mort de la culture actions , Patrick Artus semble pencher de notre coté … Il écrit « Pourtant, même si le niveau actuel de prime de risque d’action constitue un fort signal d’achat pour les actions, deux facteurs pourraient, au-delà de la « mort de la culture actions », expliquer l’hésitation des investisseurs : l’excès de capital et la baisse potentielle du taux d’équilibre du rendement des capitaux propres »…Des raisons macro-économiques fortes que nous n’avons pas évoqué et qui nous confortent malheureusement dans notre scénario ultra bearish

Mory Doré , Novembre 2010

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés