›  Opinion 

Politique monétaire : la banque d’Angleterre (BOE) opte pour un statu quo

Compte tenu du rebond de l’activité économique et de la récente baisse de la livre sterling – avec les conséquences possibles sur l’inflation –, la banque centrale a, en toute logique, annoncé lors de sa réunion le maintien du statu quo, tout en appelant de ses vœux un rééquilibrage entre les politiques monétaires et budgétaires à l’avenir.

Sans surprise, la Banque d’Angleterre (BoE) a laissé ses taux directeurs inchangés. Le vote a été unanime.

Compte tenu du rebond de l’activité économique et de la récente baisse de la livre sterling – avec les conséquences possibles sur l’inflation –, la banque centrale a, en toute logique, annoncé lors de sa réunion le maintien du statu quo, tout en appelant de ses vœux un rééquilibrage entre les politiques monétaires et budgétaires à l’avenir.

L’évolution future des taux directeurs paraît désormais moins claire. Une période de stabilité pourrait être observée ces prochains mois, selon les développements politiques et économiques.

Prudence sur la croissance britannique en 2017

La BoE se veut positive sur l’économie, ayant révisé à la hausse son scénario (1,4% en 2017 et 1,5% en 2018). Nos vues sont plus prudentes, avec notamment une probable récession technique au début de l’année prochaine ainsi qu’une croissance négative pour 2017 (-0,6% sur un an). Notre scénario d’inflation table en moyenne sur 2,5%, mais avec des risques de hausse jusqu’à 3%.

Nous restons prudents sur la croissance britannique en 2017. Après un 3e trimestre 2016 solide, la demande domestique pourrait, selon nous, connaître une détérioration significative en fin d’année, dans un contexte marqué par la montée des incertitudes économiques et politiques. Cela pourrait notamment renverser la tendance actuelle sur le marché du travail.

Patrtice Gautry , Novembre 2016

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés