Plus forte progression sur le pétrole depuis 1991, la production industrielle chinoise au plus bas depuis 2002. La Fed mercredi.

Les investisseurs devraient rester prudents en ce début de semaine dans l’attente de la décision de politique monétaire de la Fed mercredi. En revanche la plus forte hausse constatée sur les barils de pétrole depuis plus de 20 ans et les statistiques économiques chinoises ressorties au plus bas de plus de 15 ans, pourraient animer les marchés dans l’attente des minutes du FOMC.

Les attaques de drones en Arabie Saoudite pourraient avoir impacté la moitié de la production du royaume, ce qui correspond à environ 5% de la production mondiale. Cela devrait continuer d’impacter à la hausse les prix du pétrole mais le président américain a prévenu qu’il pourrait débloquer les stocks stratégiques des États-Unis afin d’équilibrer l’offre à court terme.

En cas de nouvelles attaques, les cours du pétrole pourraient de nouveau progresser, voire devenir incontrôlables si celles-ci se transformaient en conflit armé dans le golfe. Par ailleurs, le président américain a démenti ce week-end toute information sur une éventuelle rencontre avec le leader iranien.

Par ailleurs les investisseurs devraient surveiller la Chine après les publications décevantes dévoilées dans la nuit de dimanche à lundi. En effet la production industrielle a de nouveau déçu en tombant au plus bas depuis 2002 et les ventes au détail au plus bas depuis 2003.

Les marchés attendent maintenant des mesures concrètes et ayant un impact immédiat sur la consommation et l’activité économique en Chine afin de ne pas laisser la seconde économie mondiale se contracter davantage.

Enfin les marchés devraient se tendre à l’approche du compte rendu du FOMC, prévu mercredi à 20h. La semaine dernière, la BCE a délivré une politique monétaire ultra accommodante amenant le président Trump à de nouvelles critiques envers la Fed et son président, les accusant une nouvelle fois de ralentir la croissance économique américaine.

La réserve fédérale pourrait baisser son taux d’un quart de point mais cela ne devrait pas suffire à faire cesser les critiques du président américain, qui préconise une baisse de 100 points de base, voire la mise en place d’un nouveau QE (Quantitative Easing).

Les probabilités donnent environ 85% pour une baisse de 25pdb et 15% pour un statu quo ce lundi matin.

Nous attendons donc un retour des critiques envers la Fed et nous resterons attentifs à toutes nouvelles attaques ou menaces envers la Chine de la part des USA.

En effet nous anticipons une communication négative de l’administration américaine suite à la décision de la Fed, d’une part pour faire ressortir l’impact de la guerre commerciale sur l’économie en Chine et d’autre part pour faire davantage pression sur la réserve fédérale pour encourager une politique encore plus accommodante.

La réunion d’octobre entre les négociateurs chinois et américains pourrait-elle être remise en question avec la décision de politique monétaire aux États-Unis ?

Au-delà de ces grands rendez-vous, nous surveillerons également l’indice ZEW allemand mardi, ainsi que le communiqué de politique monétaire de la BoJ au Japon et les minutes du MPC au Royaume uni, jeudi

Vincent Boy , 17 septembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés