Marché des bureaux à Tours : un volume historique avec 42 400 m² commercialisés

Principalement porté par le seconde main et avec 42 400 m² commercialisés en 2017, le marché des bureaux à Tours enregistre un volume historique. Le nombre de transactions est également en augmentation avec 128 opérations enregistrées en 2017 tandis que la moyenne décennale est en dessous de 100 transactions.

« Il s’agit d’un volume de commercialisation jamais atteint au cours des 15 dernières années, et cela sans aucun compte propre. Ce niveau historique s’explique également par un fort dynamisme à l’image du contexte économique général. Ainsi, nous avons constaté une hausse de 43 % des transactions dans le neuf et une augmentation significative des transactions de plus de 1 000 m² », commente Bertrand Bégat, Directeur de BNP Paribas Real Estate Transaction à Tours.

Le nombre des transactions à la vente est stable par rapport aux années précédentes mais il représente, en superficie, quasi la moitié du volume global réalisé, soit 19 300 m². Ceci s’explique principalement par le nombre croissant des transactions à la vente dont la surface est supérieure à 1 000 m², soit 6 transactions (11 000 m²) sur 7 réalisées de cette taille sur le marché.

Dans le centre-ville et en l’absence de produit neuf, les transactions ont uniquement porté sur le seconde main, qui a enregistré une très forte hausse en volume principalement grâce aux deux programmes : Le Wilson avec l’acquisition de Citya (1/3 de la surface totale) et l’immeuble FDR situé boulevard Béranger (La Poste et ex Orange). Après de nombreuses années de vacance, ce programme a été entièrement restructuré. Traditionnellement, ce marché concerne principalement des petites surfaces inférieures à 250 m², et cela à hauteur de 72 %.

La périphérie a surperformé tant dans le neuf que dans le seconde main avec une hausse de 64%.
Comme en centre-ville, les transactions de moins de 250 m² ont dominé le marché, néanmoins les transactions entre 250 et 1 000 m² ont été nombreuses. Ainsi, le dynamisme du marché de périphérie a été porté par l’ensemble des segments de surfaces.

« La fourchette des prix de vente en centre-ville dans le seconde main est importante et elle s’élève à 1 600 € HD. Cela s’explique par certaines transactions d’hôtels particuliers ou des surfaces plus petites dans des immeubles haussmanniens. En revanche, nous constatons une stabilité des prix de vente en périphérie », indique Bertrand Bégat.

Le stock de l’offre disponible est en nette diminution, et notamment en centre-ville, due à la forte hausse du volume de transaction dans le seconde main et donc le retrait du stock de plusieurs grandes surfaces de bureaux. A noter, le centre-ville ne représente plus que 20 % du stock global alors qu’historiquement, il représentait environ 1/3 des surfaces disponibles sur l’agglomération. Les programmes neufs se situent en périphérie et notamment sur le secteur des 2 Lions.

« Ce manque d’offre neuve en centre-ville a été ressenti également en ce début d’année 2018 d’où la difficulté de répondre aux demandes entrantes dans l’immédiat. L’offre disponible en seconde main est souvent obsolète et nécessite des travaux de rénovation. Concernant la périphérie, nous observons une bonne stabilité de l’offre dans un contexte de marché dynamique », commente Bertrand Bégat.

Concernant l’offre future, très peu de programmes neufs seront livrés en 2018 et ils totaliseront un volume total de 3 600 m². En revanche, plusieurs programmes avec des permis de construire obtenus devraient voir le jour avant fin 2019 tels que Hermione (2 Lions), CAP 55 (St Pierre des Corps), Tonalité 2 (2 Lions), Ecoparc Hipocrate (Chambray) ou les immeubles L et M (Aéronef) représentant 5 000 m².

« En 2018, nous allons clairement manquer d’offres neuves, pour retrouver un bon équilibre en 2019. Néanmoins, nous sommes confiants pour cette année, compte tenu de l’offre de seconde main existante et le retour de pré-commercialisations sur des programmes en livraison en 2019. Cette analyse permet aussi de faire ressortir l’absence de transactions en compte propre, tendance qui devrait perdurer en 2018 », conclut Bertrand Bégat.

Next Finance , 5 avril

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés