Les dirigeants de Goldman Sachs renoncent à leur bonus

Goldman Sachs a la réputation d’être la locomotive de Wall Street. Elle vient encore de le confirmer grâce à ses dirigeants qui ont surpris la communauté financière en renonçant à leur bonus. Ils veulent prendre le leadership de la moralisation du capitalisme. Tout un programme !

Les principaux dirigeants de Goldman Sachs, ont fait une requête sans précédent à leur conseil d’administration, ils ont formulé une proposition visant à abandonner leurs bonus.

Le conseil d’administration a accueilli favorablement la demande.

« Nonobstant le fait que l’entreprise se soit remarquablement distinguée dans cette crise, nous ne pouvons pas ignorer la détresse économique en cours ainsi que l’examen du public », a ajouté Lucas van Praag, porte-parole de Goldman Sachs.

En tête de liste figure Lloyd Blankfein, le patron le mieux rémunéré de Wall Street, avec un package de 68,5 millions de dollars en 2007. Il ne percevra « que » son salaire d’un montant proche de 600,000 dollars.

Parmi les autres dirigeants, les co-présidents Jon Winkelried et Gary Cohn, qui ont chacun gagné 67,5 millions en cash et en actions en 2007, ainsi que le directeur financier David Viniar, qui a lui obtenu 57,5 millions de dollars, ne percevront que leur salaire de base, 600,000 dollars.

En 2007, les salaires des trois autres, des vice-présidents J. Michael Evans, John Weinberg et Michael Sherwood, n’ont pas été rendus public, mais leur rémunération sera également limitée à 600,000 dollars cette année.

Selon le Procureur général Andrew Cuomo, qui a exigé que les neuf grandes banques qui ont eu recours aux fonds fédéraux fournissent une comptabilité détaillée de la rémunération de leurs cadres dirigeants, cette décision est un pas vers la bonne direction.

« Ce geste de Goldman Sachs est approprié et prudent et nous espérons qu’il contribuera au retour du bon sens à Wall Street. Nous encourageons vivement les autres banques à suivre Goldman Sachs dans cette voie », a-t-il dit.

La décision de Goldman Sachs de limiter les bonus sera probablement débattue dans les conseils d’administration des autres banques de Wall Street, comme Morgan Stanley et Merrill Lynch, enclins à suivre cet exemple et à réduire de façon spectaculaire l’indemnisation de leurs dirigeants.

Encore une fois, Goldman Sachs s’impose en leader de Wall Street, et cette fois sur le terrain de l’équité, en ces temps de crise et de défiance du monde bancaire.

« Ils vont vraiment être embêtés, ils ne pourront pas faire autrement », analyse Emile Baer, courtier à Wall Street, se référant à la réaction des pairs de Goldman Sachs.

Pour autant, c’est Deutsche Bank, qui fait figure de pionnier en matière d’équité. Au cours du mois d’octobre, après avoir refusé de solliciter l’aide de l’Etat Allemand qui s’apprêtait à mettre en place un plan de sauvetage bancaire à l’aide d’un fonds de recapitalisation de 80 milliards d’euros, son patron, Josef Ackermann, a décidé de renoncer à son bonus, qui se chiffre en dizaines de millions d’euros "au profit de salariés méritants qui ont plus besoin de l’argent".

Trois autres membres du directoire qui avaient empoché un bonus globale de 33,2 millions d’euros en 2007 vont suivre son exemple.

Deutsche Bank plaide depuis bientôt un an pour une réforme du système d’attribution des bonus avec un versement lissé dans le temps.

La banque suisse UBS semble également suivre cette voie. Elle vient d’annoncer les détails d’un nouveau plan de rémunération de son exécutif.

Ce plan prévoit le gel du bonus de Marcel Rohner, son PDG ainsi que de onze autres membres du conseil. Il préconise une réduction de la part variable de la rémunération de ses cadres dirigeants qui sera affectée à un fonds de réserve et versée seulement en cas de résultats garantis.

UBS va également introduire un système de bonus-malus avec réduction des primes en fonction de l’évolution des performances.

Next Finance , Novembre 2008

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

  • Les dirigeants de Goldman Sachs renoncent à leur bonus 18 novembre 2008  17:18, par Pius [Audit]
    <p>Pour ces dirigenats c’est tout bénéf, ils passent pour des banquiers vertueux, alors qu’ils ont tellement accumulé ces dernières années&nbsp;! ce geste est presque trop facile, il faut rembourser les sommes injectées par le gouvernement :un point, un trait&nbsp;; le reste c’est du blabla et du cosmétique</p>

    Répondre à ce message

  • Les dirigeants de Goldman Sachs renoncent à leur bonus 20 novembre 2008  12:43, par Turiz [Trading]
    <p>je ne vois pas trop ce que ça change un systeme de bonus malus&nbsp;! aujourdhui lorque le trader se plante, il n’a aucun bonus à la fin de l année ou il est viré&nbsp;; faut quand m^^eme qu ’on se le dise. Il ne faut pas verser dans le populisme.</p>

    Répondre à ce message

Focus

Salaire & Bonus Les rémunérations des gérants de fonds alternatifs européens sur la sellette

La directive AIFM impose de profonds changements, souligne le cabinet d’avocats Duhamel Blimbaum, qui publie une étude sur la rémunération sous AIFM.

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés