Les conseils d’AEW pour réaligner sa stratégie immobilière en 2022

Les perspectives européennes concernant l’immobilier d’investissement pour 2022 montrent qu’une majorité des marchés immobiliers en Europe demeurent attractifs. Mais la hausse de l’inflation et l’accélération de changements structurels par la pandémie vont nécessiter un réalignement des stratégies d’investissement.

C’est pourquoi AEW publie ses perspectives, en tenant compte des rendements potentiels ajustés au risque, mais aussi des effets de la transition climatique. Un véritable rapport pour piloter sa stratégie immobilière. Explications.

Comment réaligner sa stratégie immobilière dans un monde post-Covid ? Tel est le fil conducteur du rapport publié par AEW qui projette les perspectives européennes 2022 en termes d’investissement immobilier. Si le rebond en Europe est plus fort qu’attendu, du fait du déploiement de la vaccination et des mesures de soutien à l’économie, AEW a également élaboré un scénario avec une inflation élevée pour plus longtemps qui fait l’hypothèse d’une remontée plus rapide des taux souverains.

Aussi, en 2022, les marchés de l’investissement vont redémarrer. Dans ces attendus, AEW estime qu’une forte perspective se dessine pour les actifs en immobilier de commerces et de logistique, avec des rendements attendus supérieurs aux autres typologies de biens. Pour les centres commerciaux, cela s’explique par le repricing significatif des actifs de commerce enregistré ces dernières années. Il est observé au Royaume-Uni une forte vague de restructuration ou de transformation d’ensembles commerciaux vers d’autres usages, mouvement qui pourrait également s’étendre en Europe continentale. Concernant la logistique, l’essor du e-commerce sera favorable à la croissance locative et aux investissements. “La demande est alimentée par les opérateurs logistiques et les chargeurs qui mettent en place leurs stratégies multicanales et ont des besoins en entrepôts XXL et en logistique urbaine” analyse AEW.

S’agissant de l’immobilier de bureau, les rendements attendus sont moins prononcés du fait du développement du télétravail et des incertitudes des entreprises sur leurs besoins en bureau. Des actifs bien placés et de qualité devraient néanmoins demeurer résilients. La croissance de l’emploi devrait également atténuer les impacts du télétravail.

L’immobilier résidentiel va quant à lui être marqué par une hausse des loyers de l’ordre de 2,6% par an entre 2022 et 2026 ; voire davantage à Lyon, Manchester et Birmingham. Les différences entres marchés résidentiels sont toutefois significatives avec un marché plus favorable aux propriétaires au Royaume-Uni et en Irlande et plus favorables aux locataires en Suède et en Allemagne. Si l’immobilier résidentiel demeure une valeur sûre, les rendements attendus seraient les plus affectés en cas de forte inflation.

Plus généralement, AEW élabore son analyse en intégrant les exigences environnementales. Dans son ensemble, les risques de transition ne réduiront pas l’attractivité des marchés immobiliers. Enfin, la plateforme mondiale de conseil en investissement et gestion d’actifs immobiliers propose une vision projective des actifs tenant compte de rendements ajustés au risque pour toutes les typologies de biens. Même dans le scénario d’inflation élevée et de remontée des taux souverains, la plupart des marchés immobiliers européens demeurent attractifs car l’écart entre rendements attendus et rendements exigés est important à plus de 200 points de base en moyenne.

Next Finance , Décembre 2021

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés