›  Opinion 

La Fed ouvre la voie à un rallye des actions

Nous relevons l’exposition aux actions internationales à surpondérée. Les dépenses de consommation dans les pays développés, soutenues par la baisse des prix de l’énergie et l’amélioration des conditions de l’emploi, resteront élevées...

Nous relevons l’exposition aux actions internationales à surpondérée.
Les dépenses de consommation dans les pays développés, soutenues par la baisse des prix de l’énergie et l’amélioration des conditions de l’emploi, resteront élevées. Et les mesures de relance monétaire en zone euro et en Asie devraient largement compenser la réduction des liquidités fournies par la Fed. Enfin, les actions demeurent bon marché par rapport aux obligations

Sur les marchés développés, les actions japonaises et européennes gardent notre préférence.

Le marché européen bénéficiera de l’accélération de la croissance, portée par la hausse des volumes de crédit et par une monnaie sous-évaluée. Le marché japonais sera quant à lui soutenu par la politique monétaire ultra-accommodante de la BoJ et les rachats d’actions des entreprises.

L’exposition aux marchés émergents est relevée à surpondérée. Aidées par le dynamisme de la consommation des pays développés, la faiblesse de leurs devises et, dans certains cas, par des conditions monétaires moins sévères, les économies émergentes montrent en effet des signes de stabilisation. En Chine par exemple, le secteur industriel connaît une reprise alimentée par la croissance du crédit et par une légère accélération des exportations. Par ailleurs, les valorisations sont extrêmement faibles et les investisseurs très largement sous-pondérés.

Nous maintenons notre sous-pondération des obligations développées, l’amélioration des conditions de l’emploi, la saturation progressive des capacités industrielles et la stabilisation des prix de l’énergie rendant probable une reprise de l’inflation.

Nous surpondérons la dette émergente en monnaies locales. Les raisons sont similaires à celles qui nous ont conduits à surpondérer les actions de ces pays : stabilisation des économies émergentes, sous-valorisation des devises et positionnement très défensif des investisseurs. On peut ajouter à cela des rendements particulièrement élevés, de l’ordre de 7% en fin d’année 2015, et un resserrement monétaire américain de faible ampleur en 2016.

Nous relevons l’exposition au marché high yield américain à surpondérée, le niveau actuel des spreads correspondant à une anticipation de récession qui nous paraît très peu probable en 2016.

Frédéric Rollin , Janvier 2016

Voir en ligne : L’allocation d’actifs recommandée par Pictet Asset Management

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés