L’immobilier toujours plus haut ?

Au premier trimestre de cette année, les prix des logements anciens en France (hors Mayotte) ont augmenté de 0,7 % par rapport au quatrième trimestre de l’année dernière soit la même évolution qu’au trimestre précédent. Sur un an, la hausse est de 3,0 %, après 3,2 % fin 2018...

Au premier trimestre de cette année, les prix des logements anciens en France (hors Mayotte) ont augmenté de 0,7 % par rapport au quatrième trimestre de l’année dernière soit la même évolution qu’au trimestre précédent. Sur un an, la hausse est de 3,0 %, après 3,2 % fin 2018. Comme observé depuis fin 2016, la hausse reste plus importante pour les appartements (+3,7 % en un an) que pour les maisons (+2,5 %).

En Île-de-France, sur un an, les prix continuent de s’accroître vivement : +3,9 % entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019. Les prix des appartements augmentent de 4,6 % sur un an et ceux des maisons de 2,4 %. Paris continue de tirer vers le haut les prix des appartements : +6,4 % sur un an au premier trimestre 2019. Hors Paris, la hausse des prix sur un an des logements anciens en Île-de-France s’établit à 2,7 % au premier trimestre 2019.

En Province, la hausse des prix est de 2,6 % entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019, après +2,8 % entre le dernier trimestre 2017 et le dernier trimestre 2018 et +2,7 % le trimestre précédent. Cette hausse est proche de celle observée en Île-deFrance hors Paris.

Au premier trimestre 2019, le volume annuel de transactions reste à un niveau élevé : en mars, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois est de 985 000 contre 960 000 en mars 2018. Si l’on rapporte les transactions au stock de logements disponibles, qui augmente d’environ 1 % par an, la proportion de ventes reste équivalente aujourd’hui à celle du début des années 2000.

Next Finance , 26 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés