L’homme qui valait 50 millions

La semaine dernière, le nom de Driss Ben Brahim est revenu dans toutes les conversations à la City. C’est que son bonus supposé serait de 50 millions de livres sterling !

Mardi 13 décembre : le nom de Driss Ben Brahim est sur toutes les lèvres à la City car selon les chiffres qui circulent, son bonus annuel pour 2006 a atteint des sommets inconnus jusqu’ici.

A la différence de ce qui se passe pour les PDG et les cadres dirigeants dont les rémunérations doivent être rendues publiques, celles de leurs Traders vedettes peuvent rester secrètes. Dans le cas de Driss Ben Brahim, le montant exact du Bonus est en fait connu par très peu de personnes, mais le chiffre qui circule donne le tournis, même à la City : 50 millions de livres sterling, soit 75 millions d’euros !!!

Chez Goldman Sachs l’employeur de Driss Ben Brahim, on a qualifié ce chiffre de « complètement ridicule » sans bien sur donner plus de précisions quant au montant exact du bonus.

Ce n’est pas la première fois que Driss Ben Brahim se retrouve sous le feu des projecteurs : il avait déjà fait la une des journaux début 2004 (Les journaux annonçaient 45 millions d’euros de bonus pour lui au compte de l’année 2003, somme déjà astronomique à l’époque !). Ce qui est certain, c’est qu’il est l’un des financiers les mieux payés de la City, au point que les journalistes campaient devant sa maison à la recherche d’informations la semaine dernière.

En ce qui concerne les chiffres officiels cette fois, John Mack, le PDG de Morgan Stanley a reçu l’un des plus gros bonus jamais accordés au patron d’une grande banque d’investissement à Wall-Street. Mack devenu PDG de Morgan Stanley il y a 18 mois a reçu 40 millions de dollars de bonus sous forme de primes et de stock options.

Mais ce chiffre risque d’être rapidement dépassé par celui d’autres dirigeants de grandes firmes de Wall-Street qui ont connu une excellente année 2006, tirée par l’explosion de l’activité dans les fusions acquisitions. Llyod Blankfein CEO de Goldman Sachs devrait lui empocher quelques 50 millions de dollars cette année selon les analystes (il avait récolté 38 millions l’année précédente).

Quelques autres PDG devraient recevoir entre 40 et 50 millions de dollars (James Cayne de Bear Sterns, Stan O’neal de Merril Lynch et Richard Fuld de Lehman Brothers) (ils ont gagné respectivement 30, 35 et 34 millions de dollars l’année dernière).

Next Finance , Décembre 2006

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Salaire & Bonus Les rémunérations des gérants de fonds alternatifs européens sur la sellette

La directive AIFM impose de profonds changements, souligne le cabinet d’avocats Duhamel Blimbaum, qui publie une étude sur la rémunération sous AIFM.

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés