›  ISR  ›  Stratégie 

Investir dans l’économie positive c’est s’engager dans la finance durable

Investir dans une entreprise n’est pas un acte anodin. Les investisseurs aspirent de plus en plus à combiner recherche de rentabilité et investissement utile. La Commission Européenne vient d’ailleurs d’affirmer, jeudi 8 mars, sa volonté de faire de l’Europe la zone de référence en matière d’économie durable et de finance verte.

La notion « d’économie positive » permet de combiner rentabilité financière et investissement utile pour l’environnement et les individus.

Investir dans une entreprise n’est pas un acte anodin. Les investisseurs aspirent de plus en plus à combiner recherche de rentabilité et investissement utile. La Commission Européenne vient d’ailleurs d’affirmer, jeudi 8 mars, sa volonté de faire de l’Europe la zone de référence en matière d’économie durable et de finance verte. En 2015, l’ONU a édicté 17 ODD (Objectifs de Développement Durable) qui fixent ainsi la direction des états. La prise de conscience des grandes institutions est progressive, mais réelle.

L’économie positive est donc soutenue par la convergence d’intérêt des pouvoirs publics, des autorités de régulation, des consommateurs plus avertis et des entreprises qui sont au cœur de cette nouvelle dynamique de développement et d’innovation.

L’univers de gestion de l’économie positive est constitué des entreprises dont l’activité est tournée vers la protection de l’environnement et la protection des individus, autour de quatre grands thèmes : la transition énergétique (clean-tech, énergies renouvelables, efficacité énergétique), la préservation des ressources naturelles (économie circulaire, éco-conception, valorisation des déchets), la santé et le bien-être (nutrition/clean labelling, lutte contre les maladies, accompagnement dans le vieillissement), et le renforcement de la sécurité (sécurité des personnes, certification et sécurité des données).

Une approche fondamentale pluridimensionnelle

L’objectif du fonds OFI Fund RS European Equity Positive Economy [1] est d’investir dans les entreprises liées à la croissance vertueuse de demain selon une approche qui repose sur quatre grands piliers : une sélection d’émetteurs à impact positif, une analyse fondamentale pluridimensionnelle, une démarche d’engagement RSE et une politique de vote systématique des sociétés en portefeuille.

La sélection des valeurs se base sur une analyse pluridimensionnelle avec :

  • d’une part, l’analyse des opportunités liées à l’implication de la société dans l’économie positive et dans les ODD ainsi que du point des perspectives de croissance bénéficiaire de l’entreprise ;
  • et, d’autre part, l’analyse des risques à la fois sous l’angle de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (qualité de la gouvernance, capacité à répondre aux enjeux clés liés à son activité, controverses) et sous l’angle des risques financiers.

L’analyse de la RSE s’appuie sur l’expertise de l’équipe d’analystes ESG d’OFI AM afin d’apporter un éclairage complémentaire dans la lecture de l’entreprise dans le cadre du processus d’investissement.

Une démarche d’engagement pour les sociétés qui intègrent faiblement les critères ESG est faite en particulier pour les small caps qui n’ont pas encore franchi l’étape d’une communication systématique dans ce domaine.

Béryl BOUVIER Di NOTA , 9 mai

Notes

[1] Compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois OFI Fund agréée par la CSSF et autorisé à la commercialisation en France. La société de gestion est OFI Lux, qui délègue la gestion financière à OFI AM.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

ISR CDC Climat, au service de l’économie du changement climatique

Filiale de la Caisse des Dépôts, CDC Climat développe des services aux marchés du carbone, investit dans des actifs carbone et son équipe de recherche mène des analyses indépendantes et neutres, à destination des pouvoirs publics, des acteurs du marché et du grand (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés