›  Opinion 

Gaz, électricité : l’Europe au pied du mur des prix

Depuis le début de l’année, les prix de l’énergie s’envolent en Europe, dépassant leurs plus hauts niveaux historiques. En ce qui concerne le gaz, les prix en Europe ont atteint ces dernières semaines 90€/MWh : à base comparable, les prix sont désormais 6 fois plus élevés qu’aux États-Unis.

Concernant l’électricité, le « baseload » allemand, qui fait figure de référence en Europe, s’est envolé à plus de 150€/MWh sur les contrats « futures » à 1 mois. En France, comme en Espagne, le gouvernement a décidé d’intervenir pour annoncer un plafonnement des prix du gaz et de l’électricité pour les particuliers.

PNG - 64.2 ko
Source : Bloomberg calculs LFG

« Ces deux hausses de prix sont liées. Elles correspondent également à une envolée des prix du charbon. À l’origine du problème se trouve une pénurie de gaz en Europe, notamment liée à la chute des livraisons en provenance de Russie pour des raisons tant géopolitiques (débats écologiques autour du projet Nord Stream 2 en Allemagne) qu’économiques (forte demande de gaz russe de la part de la Chine, ayant choisi de boycotter le charbon australien).

Par conséquent, l’Allemagne a dû réactiver certains de ses réacteurs au charbon, alors même que le pays a fermé une grande partie de ses mines de lignite. La hausse de la demande a fait bondir les prix du charbon. Le coût de production de l’électricité s’est donc renchéri, d’autant plus que la production d’électricité d’origine éolienne a diminué cette année à cause des conditions météorologiques inadéquates (peu de vent).

Par ailleurs, les prix du CO2 ont fortement progressé depuis le début de l’année, dans un contexte de limitation des quotas de « droits à polluer » attribués par l’Union européenne. Ainsi, toute énergie produite à partir d’énergies fossiles implique l’achat de quotas d’émission CO2 à un prix élevé, ayant un impact direct sur les coûts de production de l’électricité dans de nombreux pays dénucléarisés.

La hausse de l’électricité, du gaz et du charbon constitue un cercle vicieux auto-entretenu : la progression des prix de l’électricité entraîne elle-même un report de la consommation vers le gaz, dont les prix restent ainsi sous pression.

Les consommateurs européens n’auront d’autre choix que d’accepter une facture énergétique élevée cet automne, à moins que les Etats optent pour un changement des règles du jeu énergétique en Europe. » analyse Julien-Pierre Nouen, stratégiste/économiste au sein de l’équipe d’allocation d’actifs et gestion diversifiée chez Lazard Frères Gestion.

Julien-Pierre Nouen , 13 octobre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés