Faut-il privilégier les stations d’altitude pour anticiper les effets du changement climatique sur l’enneigement ?

Faut-il privilégier les stations d’altitude pour anticiper les effets du changement climatique sur l’enneigement ? Selon Olivier Builly, l’un des deux fondateurs de Cimalpes, il peut aussi être judicieux d’investir en moyenne montagne dès lors que l’achat est bien réfléchi.

Le critère de l’altitude est-il le plus important pour les acheteurs, surtout en contexte de changement climatique ?

Le critère de l’altitude est important mais non décisif. Les stations d’altitude qui ont aujourd’hui le vent en poupe sont aussi celles qui disposent d’une offre immobilière en adéquation avec la demande, c’est-à-dire des biens qui proposent du cachet, du volume et un minimum de deux, trois, voire quatre chambres et plus. Val d’Isère, Méribel et Courchevel, qui combinent altitude et immobilier en cours de renouvellement, attirent énormément, mais ce n’est pas toujours vrai de stations d’altitude équivalente qui n’ont pas un immobilier de même standing. À l’inverse, certaines stations-villages situées à une altitude moindre ont une forte cote auprès des investisseurs. Grâce à leur cachet et leur charme plus authentique, elles vont la garder longtemps, indépendamment des enjeux du changement climatique.

Quelles sont les stations-villages qui conservent leur attractivité ?

Megève (1 100 m), Courchevel Le Praz (1300 m) et Saint-Martin-de-Belleville (1 400 m) notamment sont très recherchées, tant par la clientèle française que par la clientèle internationale. La raison : un cachet intemporel et un art de vivre de qualité. En effet, alors que certaines stations d’altitude ont du mal à rester animé en-dehors de l’hiver, Courchevel Le Praz, Megève et Saint-Martin-de-Belleville sont pour leur part vivantes à l’année : non seulement l’été mais aussi le printemps et l’automne. Évidemment très important, le ski n’est pourtant qu’une composante de leur attractivité et les conditions d’enneigement une question d’autant plus secondaire que la neige de culture a beaucoup progressé de même que les techniques de damage et le travail des pistes en inter-saison. L’inquiétude est vraiment à nuancer car ces destinations offrent des domaines où l’on a toujours skié dès le mois de décembre.

Dans les stations situées sur plusieurs altitudes, comment se comportent les acheteurs ?

Les stratégies sont variées, ce qui confirme que les investisseurs ne cherchent pas à tout prix l’altitude la plus élevée. Dans des stations comme Méribel ou Courchevel, qui sont respectivement étagées sur cinq et six villages d’altitudes différentes (de 1 100 à 1 850 m), certains vont même jusqu’à privilégier les villages les plus bas, qui offrent un immobilier, des commodités et des prix en phase avec ce qu’ils cherchent (typologies, prix, accès aux pistes, etc.). Surtout que les connexions entre les différentes altitudes sont aujourd’hui très performantes et que l’accès aux pistes est très rapide.

Next Finance , 21 février

P.-S.

Cimalpes est aujourd’hui leader sur le marché de l’immobilier haut de gamme en montagne. Spécialisée dans les métiers de la location et de la transaction de biens de prestige, l’entreprise est implantée parmi les stations les plus renommées au monde  : Megève, Val d’Isère, Courchevel, Méribel et Saint-Martin-de-Belleville.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés