Deutsche Bank durcit le versement des bonus !

La Banque allemande a pris les devants, et aussi beaucoup de risque, en durcissant les règles encadrant le versement des bonus à ses salariés. Elle pourra leur supprimer les bonus dus par le précédent employeur…

La Banque allemande a annoncé qu’elle allait devenir la première banque susceptible de révoquer les bonus, sous forme d’actions, accordés à ses salariés par leur ancien employeur. Ces primes, reçues à titre de compensation par un employé débauché, étaient considérées comme acquises. « Ce ne sera plus le cas à l’avenir », a indiqué le porte-parole de la banque qui a précisé que la règle concernant les actions détenues en propre par les cadres avait été modifiée en début d’année.

Après la crise, et sous la pression des pouvoirs publics, les banques au Royaume-Uni, en France et plus généralement en Europe, ont mis en place des paiements de bonus différés dans le temps. Un montant maximum en cash, peut être payé au salarié immédiatement au moment de l’annonce des bonus, et le reste, généralement sous forme d’actions, est étalé dans le temps.

En cas de contre-performance ou de comportement litigieux, une clause (clawback), insérée dans les contrats permet aux banques d’annuler les primes différées. Selon une étude récente de Mercer, 14% des banques internationales auraient fait usage de clawback pour annuler les primes à verser à leur employé.

Cependant, la Deutsche Bank va encore plus loin en s’octroyant le droit d’annuler les compensations dues par un précédent employeur. Si la banque se veut leader sur le sujet, il y a pourtant peu de chances qu’elle soit suivie, la mesure semblant un énorme frein au recrutement de très hauts calibres de la finance dont la rémunération en actions peut représenter jusqu’à 90% de la rémunération globale.

Next Finance , Août 2012

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Salaire & Bonus Les rémunérations des gérants de fonds alternatifs européens sur la sellette

La directive AIFM impose de profonds changements, souligne le cabinet d’avocats Duhamel Blimbaum, qui publie une étude sur la rémunération sous AIFM.

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés