Bonus chez Goldman Sachs, nouvelle année record ?

Les prévisions de bonus chez Goldman Sachs sont meilleures qu’en 2006, année pourtant exceptionnelle. La crise des subprimes a épargné la 1ère banque d’investissement de Wall Street...

Au troisième trimestre, Goldman Sachs a affiché plusieurs records, notamment en banque d’investissement et en trading taux et actions.

Grâce aux fusions acquisitions, le produit net bancaire de la division banque d’investissement a atteint 2,15 milliards de dollars et celui du trading sur taux et actions 8,23 milliards de dollars. Des résultats supérieurs de 70% à ceux de l’an dernier.

Aucune autre banque à Wall Street ne fait aussi bien, à tel point que depuis plusieurs semaines, quelques analystes ont remis en cause ces résultats publiés par Goldman sachs. Pourtant, Llyod Blankfein CEO de Goldman Sachs ne cesse de rassurer le marché.

« Nous ne prévoyons pas de provisions significatives » assurait-il lors d’une réunion la semaine passée. Goldman Sachs estime avoir correctement évalué ses positions grâce à une équipe spéciale, dépourvue de traders et entièrement dédiée à l’évaluation et l’analyse permanentes du portefeuille d’actifs.

Et comme pour mieux convaincre les analystes, le New York Post révélait que la banque pourrait augmenter de 20 millions de dollars les revenus de Lloyd Blankfein, en les portant à 75 millions de dollars. Il avait reçu 55 millions de dollars l’année dernière, plus grosse rémunération pour un PDG de banque en 2006.

La banque a mis de côté 16.9 milliards de dollars pour payer les salaires, bénéfices et bonus, largement de quoi racheter Bears Stearns.

Il n’était pourtant pas l’employé de Goldman Sachs le mieux rémunéré. L’an dernier le bonus de Driss Ben Brahim avait défrayé la chronique et fait la une des journaux. Il avait empoché la bagatelle de 75 millions d’euros. D’autres traders stars tels que Raanan Agus, Pierre-Henri Flamand ou encore Morgan Sze avaient reçu des bonus équivalents.

Cette année pourrait être celle de tous les records. La banque a mis de côté 16.9 milliards de dollars pour payer les salaires, bénéfices et bonus, largement de quoi racheter Bears Stearns, 5 ème banque du pays dont la valeur de marché est passée en dessous des 15 milliards de dollars il y a deux semaines...

Paul Monthe , Novembre 2007

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Salaire & Bonus Les rémunérations des gérants de fonds alternatifs européens sur la sellette

La directive AIFM impose de profonds changements, souligne le cabinet d’avocats Duhamel Blimbaum, qui publie une étude sur la rémunération sous AIFM.

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés