›  Forex  ›  Note 

Comment un tweet @realDonaldTrump peut entraîner la chute du peso mexicain

Une nouvelle recherche menée au sein de la « City, University of London » a révélé que les tweets de Donald Trump en rapport avec le Mexique ont une influence sur la volatilité du marché des devises.

Les tweets du président américain ont un incident direct sur le cours du peso mexicain et affectent les marchés financiers.

L’article, rédigé par Allyson Benton, maître de conférences en économie politique internationale à City University of London, et son co-auteur Andrew Q Philips, professeur adjoint de sciences politiques à l’University of Colorado Boulder, a été publié dans l’American Journal of Political Science (AJPS).

La recherche analyse l’activité du président Trump sur Twitter entre le 1er janvier 2015 et le 2 février 2018. Cette période couvre l’activité en amont de sa campagne présidentielle, tout au long de sa campagne et durant sa première année de mandat. Au cours de ces trois années seulement, il a twitté environ 14 500 fois, dont 438 en référence au Mexique, pendant 239 jours distincts.

Au cours de cette même période, le taux de change USD/MXN a connu une grande volatilité, avec le pic le plus considérable juste après l’élection présidentielle américaine en novembre 2016 : date à laquelle la monnaie mexicaine a subi une chute soudaine de 13 % par rapport au dollar américain, bien que sa chute se soit rapidement atténuée pour atteindre une perte de 9 %.

L’étude constate qu’il y a eu une volatilité considérable sur le marché de la devise mexicaine au cours des années analysées, dont une grande partie semble avoir été causée par les tweets du président Trump.

A titre d’exemple, peu avant son entrée en fonction en janvier 2017, une série de tweets du président Trump critiquant les constructeurs automobiles pour avoir construit au Mexique des voitures destinées au marché américain a fait chuter immédiatement le cours du peso par rapport au dollar américain.

Le tweet du 3 janvier 2017 : "General Motors envoie des modèles de Chevy Cruze fabriqués au Mexique à des concessionnaires automobiles américains, sans payer de droit de douane à la frontière. Fabriquez aux États-Unis ou payez une importante taxe frontalière !" a pu entraîner une dévaluation de 3,5% du peso par rapport au dollar américain.

La banque centrale du Mexique est intervenue en réponse, mais un autre tweet a été envoyé deux jours plus tard, le 5 janvier : "Toyota Motor a déclaré qu’elle allait construire une nouvelle usine à Baja, au Mexique, pour fabriquer des Corolla pour les États-Unis. Construisez une usine aux États-Unis ou payez les taxes d’importation !" Ce tweet a entraîné une nouvelle perte de valeur du peso mexicain de 1,5 % par rapport au dollar.

Les investisseurs « prennent la température » sur Twitter

L’étude explique pourquoi les tweets du président Trump ont tant compté pour les prévisions des investisseurs concernant le peso mexicain.

Allyson Benton affirme que les investisseurs ont utilisé les tweets pour recueillir des informations sur le point de vue politique du président Trump, puis sur sa détermination à poursuivre ses objectifs politiques.

L’étude analyse également l’impact du ton utilisé par le président Trump dans les tweets, ainsi que le nombre de retweets et de « favoris » qu’ils ont accumulés.

Sur la période étudiée, les tweets du président Trump concernant le Mexique ont atteint une moyenne de 3 700 retweets et 9 860 « favoris ». La volatilité du peso augmentait simultanément avec un engagement plus important sur ces tweets sur l’ensemble de la période couverte par la recherche.

Des tonalités plus fortes ont eu une incidence sur le taux de change entre le peso mexicain et le dollar américain. L’augmentation de la volatilité du peso peut être attribuée à des tweets "négatifs" comme celui du 24 février 2015 : "Le système juridique mexicain est corrompu, tout comme une grande partie du Mexique. Payez-moi l’argent qui m’est dû maintenant - et arrêtez d’envoyer des criminels sur notre frontière" - @realDonaldTrump.

Mais la volatilité du peso peut aussi être attribuée à des tweets "positifs". Un tweet sur un ton légèrement positif envoyé le 6 juin 2015 : " Je viens de faire remarquer à la #NCGOPcon que nous devons protéger notre frontière. Je pense que tout le monde ici sait que personne ne peut construire un mur comme Trump" aurait ébranlé les marchés financiers pour ses implications négatives possibles sur l’économie mexicaine.

Ainsi, l’étude conclut que les investisseurs utilisent les médias sociaux pour surveiller les informations politiques non filtrées provenant directement des responsables gouvernementaux, ce qui les aide à prendre des décisions pour protéger leurs actifs.

Selon Allyson Benton de la City University of London : "Non seulement les postes sur les médias sociaux permettent aux investisseurs de déterminer l’orientation politique future probable du gouvernement, mais ils permettent également aux investisseurs de recueillir des informations sur le point de référence par rapport auquel les hommes politiques cherchent à être évalués et donc sur le niveau de détermination des hommes politiques à mettre en œuvre leurs objectifs politiques".

« Alors que les chercheurs ont commencé à examiner comment les postes publiés dans les médias sociaux par les investisseurs affectent la dynamique du marché, ils ne se sont pas encore penchés sur l’importance des postes publiés par les hommes politiques pour les investisseurs. Notre recherche montre que ceci est bel et bien le cas », conclut-elle.

Next Finance , 18 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés