Un hymne aux industrielles

A ce jour le fonds Amplegest Pricing Power est investi à hauteur de 53% sur des valeurs industrielles. C’est un record que nous n’aurions pas imaginé il y a quelques années ! Cette surpondération s’explique par le changement de paradigme dans le segment des grandes capitalisations européennes...

Les entreprises de services et particulièrement les sociétés financières ont détruit beaucoup de valeur ces dernières années. Ainsi, depuis le début des années 2000, soit plus de 15 ans, les banques doivent relever des défis de plus en plus nombreux, avec des pressions continues. Les capitalisations boursières du secteur bancaire ont été pendant des années parmi les toutes premières de la cote au niveau mondial.

Aujourd’hui cela n’est plus le cas. La rente de situation d’un secteur peu concurrencé était telle que les rares personnes qui anticipaient les changements et voulaient faire bouger les choses n’étaient pas écoutées.

Le secteur des assurances était également très capitalisé au début du 21ème siècle. Les principaux assureurs faisaient partie des grands navires amiraux des indices boursiers. La baisse des taux depuis des années, la réglementation de plus en plus pénalisante, la hausse de la sinistralité liée aux catastrophes naturelles, sont autant d’éléments qui ont bouleversé le modèle des assureurs. Cela explique qu’une société comme Allianz ait vu son cours divisé par trois en quinze ans, passant de 380 à 130 euros (hors dividendes certes, mais quelle catastrophe pour l’épargnant !).

A l’opposé, l’industrie est dans une obligation absolue et permanente d’adaptation et d’évolution. Beaucoup de sociétés ont vu leur survie menacée à la suite de la grande crise de 2008.

Par ailleurs, au fil des années, des facteurs ont mis sous tension permanente les décideurs industriels : flux tendus, lean management (gestion de production « sans gras »), robotisation, coûts de production, personnels connectés…

Si l’on regarde le parcours de TOYOTA, la référence en termes d’organisation industrielle, cette pression permanente s’est transformée en force, grâce à un gros travail sur les coûts et la qualité : la démarche d’amélioration permanente de la façon de produire appelée « KAIZEN » s’est maintenant généralisée. De nombreuses sociétés industrielles se sont inspirées du modèle TOYOTA qui, avec celui de TESLA (cf lettre 11 juillet 2015) a permis de redéfinir l’usine du vingt et unième siècle. Amplegest Pricing Power recherche aujourd’hui en priorité ce type de sociétés industrielles très bien organisées, telles que KRONES, GEA, SAFRAN, KION, BREMBO, VALEO, GAMESA. Elles ont en commun la recherche de création de valeur pour l’actionnaire, via l’investissement et les avancées technologiques.

Nous prenons le pari que cette évolution favorable à l’industrie va se poursuivre dans les prochaines années, pour le plus grand bonheur des investisseurs qui vont l’accompagner.

Même si le secteur industriel ne représente en occident que 10 à 20% du PIB, c’est, au sein des grandes valeurs de l’indice STOXX 600, le segment où le développement et l’innovation sont le plus favorables.

Il y aura dans cette mutation des gagnants et des perdants. La philosophie et la méthode d’Amplegest Pricing Power permettra, nous le pensons, de sélectionner les vainqueurs (parmi notamment les équipementiers automobiles, l’aéronautique, les énergies renouvelables…). Pour ces sociétés s’ouvre une période de création de richesses sans équivalent…

Gérard Moulin , 25 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Investir dans des stratégies en actions protégées, pour économiser du capital, mais pas seulement…

L’environnement actuel de taux extrêmement bas incite les investisseurs à chercher d’autres sources de performance, en particulier du côté du marché actions, mais la volatilité des marchés et les contraintes comptables et règlementaires qui pèsent sur les assureurs les incitent à se (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés