Racheter son crédit immobilier à plusieurs reprises n’est pas toujours judicieux

Encore un record ! Selon le baromètre Crédit Logement/CSA, les taux immobiliers n’ont jamais été aussi bas en France depuis la fin des années 1940. Chez Artémis courtage, les meilleurs crédits négociés pour les emprunteurs atteignent, fin mai, 1,30% sur 15 ans, 1,55% sur 20 ans ou encore 1,80% sur 25 ans.

Conséquence : de nombreux particuliers sont aujourd’hui tentés de renégocier leur ancien prêt pour la seconde fois afin de réduire la durée de leur emprunt ou encore le montant de leurs mensualités. « Néanmoins, tous les emprunteurs n’ont pas nécessairement intérêt à se lancer dans une nouvelle négociation » avertit Ludovic Huzieux, Directeur associé chez Artémis courtage.

Amortir les frais de renégociation

Pour qu’un rachat de crédit immobilier vaille la peine, certaines conditions doivent être respectées. «  Il est recommandé d’être dans le premier tiers de son remboursement, car c’est le moment où l’on paye le plus d’intérêts à sa banque. Le capital restant à rembourser doit encore être élevé et l’écart entre le taux actuel et celui qui a été obtenu ne doit pas être inférieur à 0,6 point » précise Ludovic Huzieux.

Sans cela, il sera difficile de rentabiliser les frais de renégociation du prêt. En effet, en cas de remboursement anticipé, les banques facturent des pénalités égales à 3% du capital restant à payer, plafonnées à six mois d’intérêts. Un rachat de crédit implique aussi une nouvelle garantie, obligatoire en cas de défaut de paiement des mensualités (hypothèque ou inscription en privilège de prêteur de deniers) qui a aussi un coût non négligeable.

Globalement, les frais de renégociation moyens d’un crédit atteignent 5% du capital restant dû. « Il faut donc au minimum deux ou trois ans pour les amortir et être gagnant » insiste Ludovic Huzieux. Si l’on a des doutes, le plus simple est de faire une simulation auprès d’un courtier. Ce dernier verra rapidement si le jeu en vaut la chandelle ».

Cette opération a peu d’intérêt dans certains cas

Dans certaines situations, il est aussi prudent de s’abstenir. « C’est notamment le cas si l’on envisage de solder son crédit pour racheter un nouveau logement dans un avenir proche. Renégocier est une mauvaise idée  » explique Ludovic Huzieux.

En cas de changement de situation professionnelle – chômage, période d’essai dans un nouvel emploi ou même création d’une entreprise – il n’est pas non plus forcément judicieux de renégocier car les banques risquent de ne pas prêter dans les meilleures conditions.

Si l’on a eu récemment un problème de santé, ou même une simple opération, il faut aussi prendre garde car l’assurance emprunteur risque de fortement augmenter. Cette dernière protège le souscripteur en cas de décès, d’invalidité ou d’incapacité de travail et peut représenter jusqu’à 40% du coût du prêt.

Rappelons enfin qu’un rachat implique de souscrire un nouveau crédit dans une autre banque. Il faut donc recommencer à zéro et fournir tous les documents pour son dossier (feuilles de salaires, derniers relevés de comptes,…) ou encore répondre à un questionnaire de santé.

Next Finance , 9 juin

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés