Rachat à prix identique de FINANCIERE REALITES

REALITES annonce l’annulation de son opération d’externalisation de FINANCIERE REALITES en procédant à son rachat. REALITES se positionne désormais comme un groupe d’ingénierie immobilière intégré consolidant les métiers du développement foncier, du montage, de la maîtrise d’œuvre d’exécution, de la distribution, ainsi que de la communication.

REALITES se positionne désormais comme un groupe d’ingénierie immobilière intégré consolidant les métiers du développement foncier, du montage, de la maîtrise d’œuvre d’exécution, de la distribution, ainsi que de la communication.

En lien étroit avec ces activités, REALITES a une activité capitalistique intense dans les sociétés qui portent les programmes immobiliers.

Pour des raisons de clarification du modèle économique (tendre vers un compte de résultat fondé davantage sur les honoraires et sur le cash-flow du groupe que sur une intégration globale du CA VEFA des SCCV dont la géographie du capital est très fluctuante), REALITES a tenté d’externaliser son activité financière. Cette tentative, même si elle pouvait avoir une rationalité, n’a pas reçu l’assentiment des partenaires bancaires et contrairement à l’objectif initial risquait également de complexifier la compréhension des comptes consolidés du groupe.

Prenant acte de ces difficultés, REALITES va procéder au rachat à prix identique (100.000 euros) de son actif FINANCIERE REALITES pour le réintégrer dans son giron sans que les principes comptables de consolidation soient impactés. Engagement vers un recentrage plus fort sur le cœur de métier

Cette décision va garantir la présence de REALITES dans les SCCV, le contrôle des fonds propres du groupe et favoriser une plus grande stabilité dans la lecture de l’activité.

Le projet reste d’orienter le groupe comme un assemblier des compétences requises à la réalisation programmes immobiliers en lien avec l’ensemble de ses partenaires financiers, bancaires et opérationnels.

Yoann Joubert, Président Directeur Général de REALITES, assume cette décision en précisant « qu’elle était nécessaire et qu’elle corrigeait ainsi une mise en œuvre trop hâtive de l’orientation long terme de l’entreprise. Ce projet avorté a couté à l’entreprise (coûts en temps passés, en honoraires et coût fiscal lié au transfert des SCCV sous FIR, ainsi qu’à l’opération de sortie-entrée d’intégration fiscale qui aura lieu dans l’année [1]), mais il lui a permis également d’affiner ses objectifs de gestion et d’engager un recentrage plus fort sur son cœur de métier. »

Ainsi, le groupe va accélérer sa transition vers un modèle économique aux temps passés pour les activités non capitalistiques, va s’engager dans une politique de réduction de ses charges fixes et de suppression des centres de coûts liés à des investissements peu créateurs de valeur à court terme. Enfin, le groupe souhaite s’appuyer sur les partenariats financiers qu’il a su nouer au cours des derniers mois pour financer sa croissance.

Next Finance , 5 octobre

Notes

[1] Le détail de ces coûts sera présenté dans les comptes du 30 juin 2016.

tags

|

|

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés