›  Opinion 

Pricing Power : Une évolution prévisible

Selon Gérard Moulin, gérant d’Amplegest Pricing Power, lors du dernier trimestre, 88% des entreprises composant le fonds Amplegest Pricing Power ont publié des résultats supérieurs aux prévisions des analystes. C’est le deuxième chiffre le plus favorable depuis la création du fonds !

Les discours de rentrée de la majorité des entreprises cotées ont frappé par leur prudence et leur frilosité. A nos yeux cette tendance n’a rien d’étonnant tant elle s’inscrit dans un environnement général peu enthousiasmant. Le surendettement des Etats de l’Eurozone rend toute relance budgétaire compliquée et l’arme de la dévaluation compétitive est pratiquement impossible à utiliser dans le cadre de la monnaie unique. L’Europe est aujourd’hui trop dispersée et l’absence d’un gouvernement économique opérationnel est un handicap insurmontable dans la prise de décisions communautaires significatives.

Au-delà d’une conjoncture défavorable, il nous semble que le principal écueil pour la plupart des entreprises est la perception négative qu’elles ont de leurs marchés. Des vents contraires persistants, liés à des phénomènes structurels, pèsent en effet sur la visibilité de nombreux secteurs. Citons entre autres le rôle de l’OMC dans l’entrée des pays à bas coûts dans le commerce mondial, ou encore l’effet désinflationniste d’internet. On constate également la versatilité du consommateur face à la multiplicité des choix, ou la pression fiscale croissante pour les ménages ou les entreprises occidentales (qui force ces dernières à nouer des relations de plus en plus dures avec leurs fournisseurs comme le montre par exemple le secteur de la grande distribution).

Ces phénomènes s’accentuant chaque année, il n’est pas étonnant d’entendre des chefs d’entreprises insister sur l’imprévisibilité de leur activité, parfois au-delà d’un mois !

Il apparait clairement que les groupes bénéficiant d’un Pricing Power se distinguent positivement dans ce contexte défavorable. Ces sociétés disposent d’un savoir faire reconnu et de barrières à l’entrée fortes.

Elles ne sont pas pénalisées par les nouvelles formes de concurrence et les pressions continuelles sur les prix qu’elles provoquent. La visibilité de leur activité et de leurs résultats est dés lors bien supérieure à la moyenne.

Lors du dernier trimestre 88% des entreprises composant le fonds Amplegest Pricing Power ont publié des résultats supérieurs aux prévisions des analystes. C’est le deuxième chiffre le plus favorable depuis la création du fonds ! L’effet boursier de ces publications n’est parfois pas immédiat mais il s’impose de manière claire au fil du temps.

Le concept même du fonds est la recherche systématique de sociétés qui vont se démarquer dans cet environnement de concurrence effrénée, permettant de dégager de la surperformance régulière.

Ces entreprises qui trouvent leur place dans le fonds disposent d’une croissance autonome établie. De l’industrie des maisons de retraite (Orpea), à celles des énergies alternatives (Gamesa, Nordex) ou encore celle des sous-traitants automobiles (Valeo, Plastic Omnium, Brembo), le spectre sectoriel est large pour trouver ces pépites qui remplacent celles qu’on appelait il y a quelques années les « valeurs de croissance ».

La croissance autonome s’est imposée récemment comme vecteur de visibilité et de performance, pour le plus grand bonheur de notre style de gestion.

Gérard Moulin , 4 octobre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés