Portrait de l’investisseur locatif en 2016

À la veille du salon Patrimonia (Lyon, 29 et 30 septembre), le Crédit Foncier publie pour la 4ème année consécutive une étude consacrée aux attentes et motivations des particuliers investisseurs locatifs. Cette étude a été réalisée auprès de 6 000 personnes [1].

Le locatif privé devrait représenter, en 2016, 15,4 % des logements construits, vs 14,2% en 2015.

Le revenu annuel médian des investisseurs locatifs s’établit à 69 300 euros, en augmentation de 9 % en six ans (2010). L’âge moyen est de 45 ans ; les plus de 40 ans représentent l’essentiel des investisseurs locatifs particuliers (69 % du total).

Des appartements de 45 m2 : neuf transactions sur dix (92 %) portent sur des appartements, les maisons individuelles ne représentant que 8 % des opérations d’investissement locatif.

Depuis plusieurs années, les investisseurs se tournent très majoritairement vers les petites surfaces (2 pièces ou studios pour plus de la moitié des investisseurs).

La surface du bien est en moyenne de 45 m2 pour un montant médian d’acquisition de 164 000 euros avec de fortes disparités régionales : le montant d’acquisition est ainsi de 209 000 euros en Ile-de-France et de 165 000 euros en Pays-de-Loire.

Le lieu d’investissement est différent selon la nature du bien :

  • s’il s’agit d’un investissement dans le neuf, il se fera majoritairement (62 %) dans une zone géographique éloignée du domicile de l’investisseur ;
  • s’il s’agit d’un investissement dans l’ancien, il se fera (67 %) à proximité.

Cinq régions de prédilection :

  • la concentration de l’investissement locatif en Ile-de-France et dans les 4 régions les plus méridionales continue à s’accentuer : ces 5 régions représentent 79 % des transactions en 2015, contre 73 % en 2010 ;
  • les cinq régions les plus recherchées sont : Occitanie (26 %), IDF (19 %) Auvergne-Rhône-Alpes (12 %), Nouvelle Aquitaine (11 %) et la Provence-Alpes-Côte d’Azur (11 %).

Trois motivations essentielles : fiscalité ; patrimoine ; complément de retraite

  • La perspective de payer moins d’impôt est la première motivation citée par la moitié (50 %) des ménages investissant dans l’immobilier locatif : ils sont trois quarts des investisseurs (71 %) dans le neuf et 16 % dans l’ancien ;
  • La perspective de se constituer un patrimoine est la seconde motivation des investisseurs locatifs (47 %) ;
  • Enfin, disposer d’un futur complément de retraite est la troisième motivation des investisseurs locatifs (46 %).

La baisse des taux d’intérêt encourage les investisseurs interrogés à emprunter davantage ; d’un montant moyen de 160 000 euros, le financement représente désormais 98 % de la valeur du bien acquis contre 94 % en 2010. Par ailleurs, la durée de financement s’élève à 19 ans et 10 mois au 1er semestre 2016.

Next Finance , 28 septembre

Notes

[1] Enquête réalisée entre le 11 et le 31 juillet 2016

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés