›  Note 

Obligations vertes : A(pple), B(anque), C(hine) - le vert se généralise

Selon BofA Merrill Lynch, les banques chinoises deviennent les premiers émetteurs mondiaux d’obligations vertes ; la croissance rapide de ce marché se poursuit et est observée dans toutes les régions, toutes les devises, et tous les secteurs. Il se porte actuellement à $121 milliards avec $22 milliards d’émissions à fin Avril 2016.

Un monde transformé : les obligations vertes

Dans le cadre du travail de BofA Merrill Lynch sur un monde en transformation, BofA Merrill Lynch publie régulièrement sur le thème des obligations vertes. La Banque a établi une mise à jour de l’état actuel du marché, en mettant en évidence les développements majeurs en la matière et en énonçant les possibilités offertes par les obligations vertes.

Une croissance rapide : 22 milliards de dollars d’émissions depuis le début de l’année, un marché de 121 milliards de dollars

Selon BofA Merrill Lynch, le marché des obligations vert se chiffrait à 121 milliards de dollars au 30 avril 2016, soutenue par 22 milliards d’émission depuis le 1er janvier dernier. On compte 28 nouveaux émetteurs et 2 nouveaux comtés sur le marché, allant du géant américain des nouvelles technologies (Apple) aux banques chinoises (Pudong Development Bank), au constructeur automobile sud-coréen OEMS (Hyundai) en passant par les prêteurs municipaux suédoises (Kommunivest). Les émissions réalisées par les entreprises sont le principal moteur de croissance du marché, représentant 58 % de toutes les obligations depuis le début de l’année.

La Chine cible 46 milliards de dollars en 2016 : les banques chinoises sont les émetteurs numéro 1

Selon BofA Merrill Lynch, l’année 2016 a été une année de transformation pour les obligations vertes, marquée par la montée en puissance de la Chine qui dépasse désormais les Etats-Unis et devient le plus grand émetteur du monde depuis le début de l’année (8,5 milliards de dollars, 38 % du total). La publication par la PBOC (People’s Bank of China) des normes de financements verts en décembre 2015 a conduit à l’émission de 7,9 milliards de dollars par les banques chinoises - Shanghai Pudong Development Bank, China Industrial Bank et Bank of Qingdao. Dans son rapport sur le changement climatique, BofA Merrill Lynch a identifié la Chine comme l’investisseur numéro 1 dans le monde en matière d’environnement - la Chine vise 300 milliards de RMB (46 milliards de dollars) d’émissions d’obligations vertes cette année, ce qui pourrait être essentiel pour atteindre le montant de 2000-4000 milliards de RMB d’investissements environnementaux annuels nécessaires au pays.

La croissance dans toutes les régions, les devises et les secteurs

Pour BofA Merrill Lynch, l’Europe reste la région dominante, représentant 38 % de toutes les obligations en circulation. Les euro-obligations vertes ont presque doublé, passant de 23,3 milliards de dollars en février 2015 à 40 milliards de dollars (39 %) fin Avril 2016. La flambée des émissions aux États-Unis et dans les pays émergents a aidé le marché des obligations vertes libellées en dollars à franchir la barre des 50 milliards de dollars, dépassant l’euro en tant que monnaie dominante (41%). Les obligations libellées en RMB connaissent la hausse la plus rapide, atteignant 6,4 milliards de dollars (7%) contre 0 % en 2015. BofA Merrill Lynch s’attend à un fort intérêt des investisseurs pour les obligations vertes « investment grade ».

Sur la voie d’émissions pour un montant de 80-90 milliards de dollars en 2016

BofA Merrill Lynch estime que le marché est sur la bonne voie pour atteindre son scénario haussier d’émission initialement fixé dans son rapport du 1er décembre dernier. « Comme prévu, une grande partie des émissions supplémentaires réalisées cette année a été tirée par les pays émergents, y compris la Chine qui cible de 46 milliards de dollars. Nous nous attendons à ce que les émissions, à l’exclusion des pays émergents augmentent modérément (+ 10-15 %), atteignant 40-47 milliards de dollars. Nous projetons pour cette année, des émissions de 80-90 milliards de dollars, ce qui porterait la taille totale du marché des obligations vertes à 175-185 milliards de dollars, soit près de 2 fois la taille de l’an dernier » indique BofA Merrill Lynch.

Paul Monthe , 8 juillet

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés