Nantes : L’agglomération confirme son attractivité avec plus de 114 000 m² de bureaux placés en 2016

Selon l’étude annuelle de BNP Paribas Real Estate, le volume des transactions tertiaires dans l’agglomération nantaise s’élève à 114 225 m² en 2016, en progression de 3 % par rapport à 2015. Cette dynamique positionne Nantes au 4ème rang dans le classement des marchés en régions...

Selon l’étude annuelle de BNP Paribas Real Estate, le volume des transactions tertiaires dans l’agglomération nantaise s’élève à 114 225 m² en 2016, en progression de 3 % par rapport à 2015. Cette dynamique positionne Nantes au 4ème rang dans le classement des marchés en régions, devant Bordeaux (110 800 m²) et Aix-Marseille (110 600 m²).

« Cette tendance s’explique par la forte progression des transactions dans les immeubles neufs (+ 34 %). Nous constatons également un accroissement de 12 % des m² placés dans des locaux de seconde main, une première depuis 2014 », commente Christine Serra, Directeur Région Centre-Ouest de BNP Paribas Real Estate Transaction.

A noter que les comptes propres et clefs en main locatifs ont été moins importants en volume sur l’agglomération en 2016 : 6 transactions pour 16 500 m² contre 6 transactions pour 29 900 m² en 2015.

Le centre-ville de plus en plus attractif et notamment le quartier d’affaires « prime » Euronantes.

En termes de répartition géographique, nous constatons que 43 % des m² placés se situent dans le centre-ville contre 57 % en périphérie. La part du centre-ville est en progression du fait de la livraison de plusieurs immeubles notamment sur le quartier d’affaires « prime » Euronantes. Ainsi 17 600 m² y ont été commercialisés en 2016 contre seulement 5 000 m² en 2015. Les transactions sur ce secteur se caractérisent par des surfaces moyennes plus importantes que sur le reste de l’agglomération : 1 760 m².

BNP Paribas Real Estate a ainsi installé la société Capgemini sur 8 000 m² dans le programme Le Berlingot (promotion Lazard Group), la plus importante transaction du marché nantais depuis 2007.

Des loyers qui ont connu des évolutions différentes selon la nature et la localisation des locaux

Les loyers moyens des locaux neufs en centre-ville ont progressé pour atteindre 178 €. A l’inverse, les loyers de seconde main sur ce même secteur ont légèrement reculé pour atteindre 138 €. En périphérie, nous constatons une augmentation des valeurs locatives tant dans le neuf (143 €) que dans le seconde main (115 €).

L’offre disponible à 1 an en recul de 14 %

159 000 m² de bureaux étaient disponibles au 31 décembre 2016, soit un retrait de 14 % par rapport à 2015, alors que l’offre n’avait pas reculé depuis 2011. Cette tendance s’explique par le volume des transactions dans les programmes neufs. L’offre est donc en retrait de 24 % sur cette typologie d’actifs. L’offre disponible de seconde main diminue également de 8 %. A noter que 30 % des actifs se localisent dans le centre-ville de l’agglomération, le solde étant en périphérie.

Nantes, un marché attractif pour les investisseurs

Le marché de l’investissement à Nantes a été particulièrement dynamique en 2016 avec 216 millions d’euros investis, dont 123 millions d’euros en bureaux contre seulement 12 millions en 2015. Quatre VEFA ont animé le marché : en centre-ville, Ilot Jallais (ADIM) sur Euronantes, Le Polaris (KetB) sur l’Ile de Nantes, en périphérie Delta Green (Groupe Delta) à Saint Herblain, ainsi que le Campus 1 et 2 (Equatop) à Nantes Chantrerie. Ainsi, le taux "prime" a perdu 30 points de base pour s’établir au taux record de 6,1 % en 2016.

« Afin d’accompagner le dynamisme du marché nantais, nous renforçons nos équipes pour mieux répondre aux besoins des entreprises nantaises dans leurs recherches de locaux à la location ou à l’achat, mais également celles désireuses de venir s’y installer. Ainsi, Julien Emereau vient de rejoindre l’équipe en charge de la commercialisation des bureaux et Jean-Christophe de Laage celle des entrepôts et locaux d’activités. BNP Paribas Real Estate parie ainsi sur l’avenir et le développement de notre territoire », souligne Christine Serra.

Next Finance , 2 février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés