›  Note 

Morningstar publie une étude sur le coût réel des ETF Strategic-Beta européens

Rédigé par l’équipe de recherche sur les fonds passifs de Morningstar, ce rapport examine les différences de coûts entre les fonds indiciels cotés (ETF) Strategic-Beta et leurs concurrents de gestion passive classique...

Morningstar, Inc., un fournisseur leader dans la recherche indépendante sur les placements, a publié aujourd’hui une étude sur « le véritable coût des ETF Strategic-Beta ».

Rédigé par l’équipe de recherche sur les fonds passifs de Morningstar, ce rapport examine les différences de coûts entre les fonds indiciels cotés (ETF) Strategic-Beta et leurs concurrents de gestion passive classique.

L’étude évalue les écarts de frais, les coûts de réplication et les frais de transactions de 100 ETF Strategic-Beta domiciliés en Europe et de 77 ETF pondérés par les capitalisations boursières liés aux benchmark actions les plus largement utilisés.

Morningstar considère l’approche Strategic-Beta, également connu sous le nom « smart beta », comme un groupe de produits de placements répliquant un indice, qui vise soit à améliorer la performance, soit à modifier le niveau de risque par rapport à un indice de référence standard. L’approche Strategic-Beta, en forte croissance, est à mi-chemin entre la gestion active et passive. Au 31 Décembre 2015, il y avait 950 ETF Strategic-Beta représentant environ 478 milliards de dollars d’actifs dans le monde entier.

« Les investisseurs en ETF Strategic-Beta, comme ceux investissant dans des fonds gérés activement, sont plus préoccupés par la performance et les subtilités d’une stratégie spécifique qu’ils ne le sont par les coûts  », souligne Hortense Bioy, CFA, Directrice de la recherche sur les fonds européens de gestion passive chez Morningstar. « Bien que ce soit compréhensible, ils devraient garder à l’esprit qu’il existe une grande disparité de frais facturés par les fonds Strategic-Beta, même parmi ceux offrant une exposition à des stratégies similaires, et que les fonds à faibles coûts ont de plus grandes chances de succès futur  ».

Parmi les principales conclusions du rapport on note que :

  • Les ETF Strategic-Beta sont, en moyenne, plus chers que leurs homologues pondérés par la capitalisation. Les ETF dans la catégorie grandes capitalisations américaines sont les plus chers en termes relatifs. La moyenne des TFE (Total des Frais sur Encours) des ETF Strategic-Beta liés à l’indice S&P 500 est trois fois plus élevée que celle des ETF ordinaires liés au S&P 500 (0,43 % contre 0,14 %)
  • A l’inverse, les frais moyens pour les ETF Strategic-Beta sur les marchés émergents sont seulement un peu plus élevés que ceux sur leurs homologues pondérés par la capitalisation (0,60 % contre 0,53 %)
  • Le TFE moyen des ETF Strategic-Beta européens a reculé de 0,43 % à 0,39 % au cours des cinq dernières années, principalement en raison de l’introduction de produits Strategic-Beta moins coûteux.
  • Le taux de rotation plus élevé des positions dans des indices Strategic-Beta comparé à ceux plus traditionnels pondérés par la capitalisation implique des coûts de réplication relativement plus élevés, qui ne sont pas inclus dans le TFE d’un fonds et représentent une pression supplémentaire sur la performance de ces fonds de réplication aussi bien physique que synthétique. Les indices Strategic-Beta affichent des taux de rotation allant généralement de 20 à 30 % par an, alors que le taux de rotation moyen des indices standards pondérés par la capitalisation se situe entre 3 et 8 %.
  • Les investisseurs en ETF Strategic-Beta peuvent également trouver des frais de transactions plus élevés. Comme de nombreux ETF Strategic-Beta sont relativement nouveaux, d’une petite taille, et sont souvent utilisés comme des investissements « buy-and-hold », ils peuvent afficher de faibles volumes d’échanges et des « spreads » de «  bid-ask » (prix d’achat-prix de vente) plus larges, ce qui augmente les coûts de transactions.

Next Finance , 24 février

Voir en ligne : L’étude complète Morningstar

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés