›  Note 

Moment critique pour les investisseurs de crédit

Au vue de l’ampleur et la profondeur des récents changements de liquidité sur les marchés du crédit, Willis Towers Watson a alerté les investisseurs institutionnels de la nécessité de prendre des mesures de protection.

Au vue de l’ampleur et la profondeur des récents changements de liquidité sur les marchés du crédit, Willis Towers Watson a alerté les investisseurs institutionnels de la nécessité de prendre des mesures de protection. Dans une nouvelle étude intitulée Capital market liquidity, le cabinet souligne que la nature du marché du crédit a fondamentalement changé suite à la baisse marquée de la profondeur et de la liquidité des marchés.

Pierre Wendling, consultant senior du département investissements pour Willis Towers Watson France, a déclaré : « Nous craignons que l’offre de liquidité ne soit plus en mesure de satisfaire la demande. Cette situation sera d’autant plus manifeste et critique lors des périodes de tension sur le marché au cours desquelles les investisseurs cherchent à se repositionner ou à se procurer des liquidités sur des fonds communs qui offrent des conditions de rachat plus qu’avantageuses. »

Le cabinet cite le « Taper Tantrum » de 2013 et le « US Treasury Flash Crash » en 2014 comme deux exemples de conditions de marché difficiles accompagnées d’une volatilité élevée offrant une fenêtre de sortie intéressante pour mettre en place de nouveaux scénarios et/ou stratégies. Il souligne que si les marchés en question sont vite revenus au calme après le pic de volatilité, ce constat n’est aucunement réconfortant pour les investisseurs.

Pierre Wendling précise : « Ces deux événements sont intervenus dans un environnement général marqué par des conjonctures économiques globalement favorables et un appétit pour le risque bien orienté parmi les investisseurs. Nous nous inquiétons du comportement possible des marchés de crédit en période de grande incertitude macroéconomique pendant lesquelles les allocations d’actifs changent sensiblement et les investisseurs cherchent à céder leurs portefeuilles de crédits. »

Willis Towers Watson conseille aux investisseurs de prendre des mesures pour protéger leurs portefeuilles de crédit contre de futurs épisodes de volatilité extrême et d’illiquidité des marchés de crédit, y compris en revoyant les conditions de financement et de liquidité et en évaluant l’efficacité continue des différents styles d’investissement.

Dans une autre étude intitulée « Understanding and measuring the illiquidity risk premium », le cabinet constate que les investisseurs comprennent généralement mal la rémunération qu’ils perçoivent en échange de l’immobilisation de leur capital. En référence au principe : « On gère ce qu’on mesure », le cabinet explore ce que les investisseurs devraient exiger contre l’acceptation du risque d’illiquidité et comment le mesurer grâce à l’utilisation d’un nouvel « Indice des primes de risque d’illiquidité » (IRP). Selon Willis Towers Watson, cet indice propose une comparaison homogène des IRP à travers les différentes catégories d’actifs, permettant d’apprécier l’attrait en valeur relative d’une prise de risque d’illiquidité sur ces actifs.

Pierre Wendling ajoute : « Cette approche est un outil utile dans la construction de portefeuille s’agissant de déterminer la part du budget d’illiquidité consacrée à une catégorie d’actifs en fonction de ce qu’elle offre réellement en contrepartie de son illiquidité. »

Willis Towers Watson met également en garde contrele fait que son indice IRP montre actuellement que les primes de risque d’illiquidité se situent dans la partie basse de la juste valeur et qu’elles devraient y rester un certain temps, sauf évènement négatif sur les marchés qui favoriserait la hausse de toutes les primes de risque, y compris les primes d’illiquidité.

« Alors que nous estimons que la probabilité d’une orientation à la baisse est supérieure à la moyenne et que nous maintenons des perspectives prudentes sur les actifs à risque, pour bon nombre d’investisseurs disposés à prendre un risque d’illiquidité, certains actifs proposent toujours des primes intéressantes en adoptant une approche très sélective. Qui plus est, si un événement négatif intervient et que les primes de risque d’illiquidité augmentent, ces investisseurs doivent se tenir prêts à tirer parti de ces rendements attractifs. Une telle démarche implique souvent d’investir durant les périodes difficiles mais le fait de disposer d’un solide processus d’estimation des primes de risque d’illiquidité facilite la prise de décision », conclut Pierre Wendling.

Next Finance , 1er juin

P.-S.

À PROPOS DE WILLIS TOWERS WATSON INVESTMENT

La branche investissement de Willis Towers Watson est centrée sur la création de valeur financière au service des investisseurs institutionnels, grâce à son expertise de l’évaluation du risque, à l’allocation stratégique des actifs, à la gestion fiduciaire et à la sélection des gestionnaires d’investissement. Elle compte plus de 850 collaborateurs dans le monde, plus de 2 200 milliards USD d’actifs visés par des services de conseil et plus de 75 milliards USD d’actifs en gestion.

À PROPOS DE WILLIS TOWERS WATSON

Willis Towers Watson (NASDAQ : WLTW) est l’un des plus grands cabinets de conseil, de courtage et de solutions logicielles au monde. Nous aidons nos clients internationaux à faire du risque un vecteur de croissance. Willis Towers Watson, dont les origines remontent à 1828, compte 39 000 collaborateurs dans plus de 120 pays. Nous concevons et proposons des solutions de maîtrise du risque, de gestion des avantages sociaux, d’accompagnement des talents et d’optimisation du capital pour protéger et aider les organisations et les individus. Forts d’un positionnement unique, nous savons où se croisent talents, actifs et idées : un avantage que nous mettons au service de la performance des entreprises. Ensemble, libérons les potentiels.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés