AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

M. Draghi, un brin trop réservé pour atteindre son objectif

Faire du tapering sans le dire, l’exercice n’était pas facile. Pour faire passer l’idée d’une réduction du programme d’achats d’actifs de la BCE sans souffler sur les braises de marchés obligataires en état de surchauffe, M. Draghi se devait de ne pas paraître trop confiant.

Faire du tapering sans le dire, l’exercice n’était pas facile. Pour faire passer l’idée d’une réduction du programme d’achats d’actifs de la BCE sans souffler sur les braises de marchés obligataires en état de surchauffe, M. Draghi se devait de ne pas paraître trop confiant. Le président de la BCE risque toutefois d’avoir un peu trop chargé la barque. Après une première réaction marquée des marchés à l’annonce d’une réduction du QE à 60 mds à partir du mois de mars, la conférence de presse a jeté un froid.

C’est, en effet, un M. Draghi particulièrement prudent qui est apparu devant les journalistes, assurément préoccupé par la tournure de l’environnement politique et géopolitique international et surtout moins confiant qu’envisagé sur l’avenir économique de la zone euro. Les prévisions de croissance à horizon 2018-2019 ne vont pas au-delà de 1,5 %-1,6 % tandis que le scénario d’un retour de l’inflation vers 2 % à horizon 2019, que M. Draghi avait lui-même annoncé la semaine dernière, n’a pas été retenu : à 1,7 %, la prévision d’inflation officielle pour 2019 est le reflet d’un diagnostic des plus réservés pour la zone euro. L’évocation d’un possible retour à 80 milliards si nécessaire et l’élargissement de la gamme d’actifs éligibles au QE n’étaient pas non plus de nature à laisser envisager une quelconque normalisation des conditions monétaires à horizon prévisible.

Résultat, alors que l’euro, les taux à deux ans et 10 ans allemands étaient remontés à respectivement 1,08 USD, -0,68% et plus de 0,42 % immédiatement après l’annonce, ils n’étaient plus qu’à 1,062 USD, -0,76 % et 0,34 % à la fin de la conférence de presse.

Si les inquiétudes à l’égard du risque italien ne sont probablement pas étrangères à cette prudence, ces résultats ne sont probablement pas ceux qu’escomptaient les membres de la BCE favorables à la baisse du programme d’achats d’actifs. Outre-Rhin le maintien des taux à deux ans sur le très bas niveau négatif actuel n’est ni du goût de la Bundesbank ni de celui des épargnants. Quant à la baisse de l’euro, sans doute n’est-elle pas mieux perçue au moment où se profile une très vive accélération de l’inflation pour les tout prochains mois. Une telle absence de résultat risque de conduire la BCE à revoir sa copie ou le ton de sa communication, peut-être même avant son prochain comité de politique monétaire de janvier si d’aventure l’euro venait à faire preuve d’un regain de faiblesse persistant…

Au total, si Mario Draghi a clarifié certains points de sa politique, pas sûr qu’il ait apporté les éléments d’une meilleure visibilité sur les marchés de taux et de changes pour les mois à venir.

Véronique Riches-Flores , Décembre 2016

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés