›  Note 

Les trois-quarts des investisseurs exigent une plus grande transparence sur la performance du private equity

Selon une nouvelle étude de State Street [1], près des deux-tiers (59 %) des investisseurs institutionnels dans le monde envisagent d’accroître leur allocation en private equity au cours des cinq prochaines années...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

15 % d’entre eux pensent au contraire que leur exposition au private equity diminuera probablement sur la même période.

L’investissement en private equity a atteint un nouveau record de 2 400 milliards de dollars en juin 2015. [2] Les produits alternatifs sont considérés comme essentiels pour améliorer les rendements, avec 46 % des investisseurs institutionnels prévoyant d’augmenter leur exposition sur ce segment. [3] Toutefois, près d’un tiers des investisseurs (28 %) se disent prêts à réduire leur exposition au private equity si le secteur ne parvient pas à leur offrir une meilleure transparence.

Le manque de liquidité est cité par 70 % des investisseurs comme le premier frein à l’augmentation progressive de leur exposition directe aux fonds de private equity, les autres obstacles mentionnés étant le manque de transparence des investissements (38 %), l’expertise en interne (29 %) et la réglementation (24 %).

Près des trois-quarts (70 %) des investisseurs souhaitent une plus grande transparence de la part des gérants de fonds de private equity concernant la performance des actifs sous-jacents dans chaque portefeuille. Près de la moitié (46 %) recherchent une plus grande visibilité sur les expositions au risque, contre 32 % sur les valeurs liquidatives et 23 % sur les flux de trésorerie du fonds.

L’exigence des investisseurs en matière de transparence sur les données liées au risque et à la performance augmentera selon 83 % des participants à l’enquête de State Street, et parmi ceux-ci, la moitié (47 %) s’attend à une forte augmentation.

« Les investisseurs institutionnels comme les gérants d’actifs ont besoin de données et d’outils plus efficaces pour garantir une plus grande transparence sur les actifs sous-jacents et l’exposition aux risques. Notre enquête montre clairement que si de tels niveaux de transparence ne sont pas fournis, les investisseurs institutionnels risquent de se détourner du private equity » a confirmé JR Lowry, directeur de State Street Global Exchange pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (EMEA).

En septembre 2015, State Street a annoncé le lancement d’un indice dédié aux placements liquides en private equity (State Street Liquid Private Equity Investable Index), un nouveau produit offrant aux investisseurs une exposition au secteur du private equity sur les marchés publics. La stratégie est conçue pour servir de substitut liquide aux investissements directs en private equity, et constitue le premier d’une série d’indices permettant aux investisseurs d’expliquer leur processus d’investissement.

M. Lowry ajoute : « Les investisseurs sont très conscients de la nécessité de diversifier leurs portefeuilles pour obtenir de meilleurs rendements, comme le prouve la hausse de l’appétit pour les produits alternatifs que nous observons actuellement. Certains vont privilégier un rendement similaire au private equity qui répond aux exigences d’allocation d’actifs sans les inconvénients traditionnels liés au manque de liquidité, au manque de transparence des investissements, et au niveau élevé du seuil minimum d’investissement  ».

« En comprenant ces enjeux, State Street est en mesure de développer des produits innovants conçus pour réduire les barrières à l’entrée auxquelles sont confrontés les investisseurs institutionnels désireux d’investir dans cette classe d’actifs en plein essor.  »

Next Finance , 30 mars

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Voir en ligne : PE Transparency

Notes

[1] Se fondant sur la base de données de Preqin, Citigate Dewe Rogerson a effectué un sondage auprès de 118 investisseurs institutionnels dans le monde en décembre 2015, pour le compte de State Street.

[2] 2016 Preqin Global Private Equity & Venture Capital Report

[3] Longitude Research, une société de recherche mondiale, a effectué une enquête auprès de 400 investisseurs institutionnels dans 20 pays, couvrant à la fois les actifs de régimes à cotisations définies et de régimes à prestations définies, pour le compte de State Street, en octobre et novembre 2015.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés