AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Les marchés émergents ont connu ces derniers jours une baisse prononcée.

Depuis le 8 novembre, la dette gouvernementale en dollars US affiche une performance en euros de -1,87%, la dette gouvernementale en monnaie locale baisse de -4,09%. La performance depuis le début de l’année de ces deux marchés reste solide : +10,32% et +9,86% respectivement.

Les marchés émergents ont souffert pour deux raisons principales. Le caractère inflationniste du programme de Donald Trump fait monter les taux américains et le dollar US. Le caractère protectionniste de sa campagne soulève des inquiétudes sur l’évolution du commerce mondial.

Sur un horizon de 6 à 12 mois, la dette émergente reste un actif de portage résistant, pour les raisons suivantes :

  • Le cycle économique mondial est solide, et la nouvelle présidence américaine le soutiendra par sa politique de relance budgétaire.
  • Les investisseurs sont encore peu pondérés sur les actifs émergents. Sur la dette émergente en monnaie locale notamment, les flux de l’année 2016 ne représentent que 20% des rachats des trois années précédentes. Pour les actions émergentes, ce chiffre est de 18%.
  • L’effet inflationniste de la politique de Donald Trump devrait rester modéré. Nos économistes ont remonté leurs anticipations d’inflation pour 2017 de 0,5% aux Etats-Unis. Ils estiment de plus qu’une reprise forte de l’inflation reste improbable. Cette hausse de l’inflation a déjà été en grande partie reflétée dans les niveaux de taux longs. La politique protectionniste de Donald Trump devrait de plus être limitée par le pragmatisme du Congrès et le contrepoids des pays partenaires.
  • L’inflation a été maîtrisée dans la plupart des pays émergents malgré la baisse de leurs devises ces dernières années. Ceci donne une marge de manoeuvre aux banques centrales de ces pays.
  • Les valorisations sont intéressantes. L’écart de rendement avec les obligations des pays développés se situe au-dessus de la moyenne des cinq dernières années. Les devises émergentes sont sous-valorisées par rapport au dollar US, de 26% selon notre modèle.
  • Le coupon élevé permet de protéger les investisseurs de pertes en capital importantes.

La volatilité du marché devrait néanmoins demeurer encore quelque temps et notre équipe de gestion émergente a adopté une politique de gestion prudente.

Le fonds Pictet-Global Emerging Debt conserve sa sous-pondération sur la Chine, la Colombie et la Turquie et ses surpondérations sur le Liban et le Venezuela ont été réduites.

Le fonds Pictet-Emerging Local Currency Debt a vu sa duration réduite sur les obligations brésiliennes, colombiennes, d’Afrique du Sud et turques. Sa position vendeuse sur les devises émergentes est de l’ordre de 15%, principalement sur le real brésilien, le rouble russe, le rand sud-africain et la livre turque.

Hervé Thiard , Novembre 2016

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés