AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Le retour de l’inflation favorable au Pricing Power

Selon Gėrard Moulin, Gėrant Pôle Actions Europėennes chez Amplegest, la période de reflation globale qui s’ouvre est favorable aux valeurs disposant de la capacité d’imposer leurs prix. Ces entreprises qui ne subissent pas leur environnement concurrentiel auront seules les moyens d’améliorer leurs marges.

Pendant des années le monde a vécu sous la menace de la déflation. Cette diminution durable et générale des prix et des actifs a des conséquences néfastes sur les économies, les entrainant dans une spirale négative dont il est difficile de sortir. Ce risque est, fort heureusement, en train de s’estomper dans les principales zones mondiales.

La Chine se trouve aujourd’hui en pleine transformation de son modèle économique, avec une croissance plus domestique liée à l’émergence progressive d’une classe moyenne disposant de pouvoir d’achat, et grâce au renforcement des services au détriment d’un secteur manufacturier déclinant. La Chine est dès lors de moins en moins exportatrice de déflation au travers de son industrie.

Les Etats-Unis voient leurs prix à la consommation hors énergie et alimentation remonter petit à petit depuis début 2016, alors qu’ils baissaient depuis quatre ans. En Europe également, on assiste à un mouvement identique, même s’il est plus récent et plus modeste pour le moment. Enfin le Japon, pays déflationniste numéro un depuis trente ans, semble sortir lui aussi de cette situation néfaste.

Cette nouvelle donne est cohérente avec la reprise économique mondiale en accélération.

Nous sommes désormais entrés dans une période de reflation globale, qui va créer un fossé entre les entreprises qui parviendront à faire progresser leurs marges et celles qui, contraintes par l’augmentation des coûts et par une concurrence forte, ne le pourront pas.

C’est une excellente nouvelle pour les valeurs disposant de Pricing Power !

Beaucoup d’entreprises parviennent tout juste à adapter leurs prix pour suivre l’inflation, ce qui n’est déjà pas si mal, mais cela ne leur permet pas d’améliorer leurs marges. Seules les sociétés qui disposent d’un savoir faire discriminant (Valeo, Brembo…), d’un avantage compétitif décisif (Orpea, Airbus…), d’une marque incontournable (Ferragamo, Ferrari…) ou de toute autre barrière à l’entrée insurmontable pour la concurrence, auront ce pouvoir dans la période à venir. Ces sociétés et ces thématiques sont l’ADN du fonds Amplegest Pricing Power.

En période de déflation les valeurs disposant de Pricing Power parviennent à se prémunir des pressions tarifaires de leurs clients. Désormais elles vont pouvoir s’affranchir du cycle économique et révéler leur capacité d’adaptation aux mutations de leur époque. Le Pricing Power n’est pas une thématique à privilégier dans certaines circonstances économiques. C’est un véhicule tout terrain.

Depuis plus de dix ans des secteurs entiers subissent une pression continue sur leurs prix. La grande distribution ou les télécoms, par exemple, ont beaucoup souffert. Ces secteurs ou ces sociétés ne pourront pas regagner le terrain perdu avec la reflation qui s’annonce. Elles ne disposent en effet plus d’un rapport de force favorable face à leurs clients. Elles ont perdu la main…

Le monde d’aujourd’hui est de plus en plus complexe. Les sociétés gagnantes choisissent leur environnement plutôt que de le subir. La part de recherche et développement dans leur chiffre d’affaires, la proportion d’ingénieurs dans leur masse salariale, la parfaite connaissance de leur marché, leur matrice intelligente « produits/pays », sont autant de moyens pour les groupes de parvenir à cet objectif. Pour les entreprises gagnantes la reflation n’est qu’une nouvelle période, sans conséquences néfastes pour elles.

Gérard Moulin , 28 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés