AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Le passage du Bund en territoire négatif va pousser les allemands à reconsidérer leurs habitudes en matière d’épargne

Selon Stefan Kreuzkamp, Directeur des Gestions de Deutsche Asset Management, le passage du Bund en territoire négatif présente toutefois un bénéfice : il va pousser les allemands à reconsidérer leurs habitudes en matière d’épargne.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Le taux du Bund (obligation souveraine allemande à 10 ans) vient de passer sous le seuil symbolique de 0 % pour tomber en territoire négatif et ce pour la première fois de son histoire.

Les obligations allemandes à 10 ans sont la mesure de toute chose en finance. Leur passage en territoire négatif est la manifestation symbolique d’un revirement important dans notre environnement financier. La disparition d’une telle référence en matière de taux d’intérêt fausse toutes les autres classes d’actifs.

Dans un tel scénario de taux négatif, il y a seulement quelques gagnants versus une majorité de perdants. Les épargnants allemands sont dans le second camp car la part de leur épargne est supérieure à la moyenne de celle des autres pays, tandis que leur exposition au marché des actions ou encore de l’immobilier est encore faible.

Le passage du Bund en territoire négatif présente toutefois un bénéfice : il va pousser les allemands à reconsidérer leurs habitudes en matière d’épargne.

Certes, un tel environnement n’ouvre plus droit à un taux d’intérêt positif. Cependant, une économie de marché dépend des prix, censés fournir des signaux précis. Le programme de Quantitative Easing déployé par les banques centrales est venu fausser la demande dans une telle mesure qu’elle ne donne plus la moindre indication fiable sur le niveau réel d’épargne ou des investissements dans l’économie.

Stefan Kreuzkamp , Juin 2016

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés