AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

KBL Richelieu livre ses perspectives mondiales d’investissement pour 2017

Suite au contrecoup de la mondialisation, au vote en faveur du Brexit et à l’élection de Donald Trump, le monde se trouve à la croisée des chemins. La croissance économique devrait connaître une accélération – si les tendances protectionnistes n’entraînent pas de ralentissement.

La croissance économique devrait connaître une accélération – si les tendances protectionnistes n’entraînent pas de ralentissement

Suite au contrecoup de la mondialisation, au vote en faveur du Brexit et à l’élection de Donald Trump, le monde se trouve à la croisée des chemins. La croissance économique devrait connaître une accélération – si les tendances protectionnistes n’entraînent pas de ralentissement.

David Desolneux, Directeur du pôle Gestion Financière de KBL Richelieu Banque Privée, envisage « un rythme de croissance annuelle qui devrait augmenter ces 12 prochains, compte tenu de la reprise des secteurs de l’industrie et de l’énergie, de la hausse des dépenses de consommation et du recul de l’austérité. Toutefois, trois risques principaux pourraient compromettre ce scenario : une vague de protectionnisme en Europe, un potentiel krach du marché obligataire ».

David Desolneux ajoute que « les marchés actions mondiaux devraient rester volatils mais pourraient tout de même croître à un taux proche de 5 % en 2017. En Europe, nous privilégions les actions de type « value » et les secteurs plus cycliques, comme les matériaux ou l’industrie – préférence étayée par l’évolution positive des prix des matières premières, le léger regain d’inflation et l’amélioration des indicateurs de consommation ».

De l’autre côté de l’Atlantique, la hausse des investissements dans les infrastructures devrait soutenir le secteur de la construction, tandis que les perspectives pour la défense, l’énergie, le secteur minier, le secteur pharmaceutique et l’assurance semblent également positives.

Parmi les perdants potentiels figurent les énergies renouvelables, les exportateurs, les biens de consommation courante et les services de santé.

Si 2016 a de nouveau été une année difficile pour les actions japonaises – malgré l’appui solide et continu de la banque centrale – les entreprises nippones devraient voir la croissance de leurs bénéfices atteindre 5 % en 2017. KBL Richelieu reste optimiste pour les marchés émergents et plus particulièrement en ce qui concerne les pays exportateurs de matières premières.

Parallèlement, les investisseurs obligataires doivent anticiper une année 2017 difficile, durant laquelle les « Trumponomics » se traduiront quasi certainement par une augmentation des rendements. Pour cette raison et compte tenu de leur corrélation limitée avec les actions et obligations, les classes d’actifs non traditionnelles comme les produits structurés devraient offrir des avantages en termes de diversification dans le cadre d’un portefeuille équilibré.

Enfin, en ce qui concerne les devises, KBL Richelieu reste neutre vis à vis du dollar US pour les investisseurs en euros, alors que de solides vents contraires souffleront sur la livre sterling et que les devises dont le cours est lié aux matières premières devraient rebondir.

Next Finance , 5 janvier

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés