›  Opinion 

Il faut continuer à surveiller les valorisations de près

Glen Finegan, Directeur de la gestion actions marchés émergents d’Henderson Global Investors, fait le point sur la stratégie d’Henderson sur les marchés émergents. Il analyse les facteurs ayant récemment influencé le marché et nous fait part de ses perspectives pour cette classe d’actifs.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

L’Indice MSCI des marchés émergents a fortement baissé au cours du mois de janvier avant d’enregistrer une reprise importante en février et mars, générant un rendement positif pour la classe d’actifs dans son ensemble au cours du premier trimestre 2016. Dans un tel contexte, nous sommes convaincus que notre stratégie consistant à investir sur des sociétés de qualité disposant de franchises solides sera capable de tirer profit de la reprise cyclique une fois venue. Reste qu’il est impossible de prévoir quand cela se produira et nous continuons donc à surveiller les valorisations de près.

Une exposition bénéfique au Brésil, à la Pologne et à l’Afrique du Sud

Notre stratégie a surperformé un marché orienté à la hausse au premier trimestre 2016. L’investissement sur le producteur d’or Newcrest Mining ainsi que la forte exposition aux sociétés cotées sur les marchés peu populaires tels que le Brésil, la Pologne et l’Afrique du Sud ont contribué à ces résultats. Durant la baisse enregistrée par le marché au cours du mois de janvier, nous avons renforcé nos positions sur le Brésil avant de réduire, suite à la hausse rapide des cours, notre exposition sur le pays vers la fin du trimestre.

Nous avons entièrement cédé notre position sur SABMiller, spécialisée dans la fabrication et la distribution de bière, au cours du premier trimestre. La prime liée à l’offre de rachat d’Anheuser-Busch InBev (ABI) s’est fortement réduit et la transaction doit encore surmonter quelques difficultés réglementaires.

Il est peu probable que cela échoue mais si cela était le cas, alors le cours du titre pourrait fortement baisser.

Une conviction forte sur la consolidation de l’industrie cimentière en Inde

Notre recherche visant à sélectionner des sociétés de consommation de qualité en Inde, à des cours raisonnablement valorisés, nous a conduits à prendre une nouvelle position en faveur du producteur de ciment Ultratech. En effet, la consommation de ciment dans les pays émergents est influencée par les mêmes facteurs que les biens de consommation courants dans les pays développés. Plus de 90% du ciment vendu en Inde arrive sous forme de sacs et non en gros, ce qui prouve bien qu’il s’agit d’un marché visant le consommateur final.

L’une des particularités d’Ultratech est son réseau de plus de 50 000 revendeurs à travers toute l’Inde, qui lui permet d’atteindre quasiment 40% de parts de marché dans l’Inde rurale. Par ailleurs, Ultratech est l’un des joyaux d’Aditya Birla Group et représente environ 10% des revenus du Groupe. Aditya Birla est un groupe industriel familial dirigé par Kumar Mangalam Birla, l’un des principaux partisans d’une gouvernance d’entreprise rigoureuse en Inde.

Nous sommes convaincus qu’Ultratech continuera, avec le soutien de la famille Birla, à jouer un rôle déterminant dans la consolidation de l’industrie indienne du ciment, surendettée et fragmentée.

La qualité de la gouvernance d’entreprise au centre de la stratégie d’investissement en Chine

Nous avons renforcé notre exposition à Fuyao Glass, l’un des principaux fabricants de vitrage automobile en Chine, qui fournit des constructeurs automobiles de renom en Chine ainsi qu’aux Etats-Unis et en Europe. La société est l’un des leaders en Chine en matière de gouvernance, grâce à son actionnaire majoritaire qui a insisté pour la mise en place de normes d’audit internationales depuis son entrée en bourse en 1993 et a mis l’accent sur les investissements de recherche et de développement pour protéger la rentabilité à long terme de la franchise. Nous estimons que la valorisation actuelle de la société est relativement faible au regard de la capacité de croissance future du titre.

La faiblesse de l’Etat de droit associée à des dirigeants politiques et d’entreprises indésirables explique pourquoi les valorisations de certains pays émergents sont basses.

Nous ne sommes pas des investisseurs « deep value », nous ne regardons pas les sociétés de faible qualité avec des cours bas. Nous ne sommes pas non plus purement et simplement des investisseurs de croissance et nous continuons d’éviter les entreprises de services à la consommation en Asie du sud qui semblent, à nos yeux, survalorisées mais en plein croissance.

En revanche, en tant que sélectionneurs de titres « bottom-up », nous mettons l’accent sur les marchés peu populaires à la recherche de sociétés de qualité à des cours raisonnables.

Glen Finegan , 26 avril

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion L’ubérisation des hedge funds par la gestion « Alternative Risk Premia »

Après les gérants traditionnels avec les ETFs, les gérants de hedge funds sont de plus en plus concurrencés par les fonds « Alternative Risk Premia » qui répliquent stratégies d’investissement similaires, à moindre coût et avec une liquidité (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés