Il apparaît toujours pertinent de rester à l’écart des grands indices

Les publications des grandes sociétés européennes pour les résultats 2015 s’achèvent et sont dans l’ensemble de bonne facture et en ligne avec les attentes du consensus. Pour 2016, Dorval AM s’écarte des grands indices pour capter les valeurs au potentiel de croissance le plus élevé...

La baisse brutale des marchés boursiers mondiaux en début d’année a traduit les risques quant à la solidité de l’économie mondiale.

Au-delà du léger ralentissement économique mondial que suggèrent les indicateurs depuis quelques semaines, les publications des grandes sociétés européennes 2015 sont dans l’ensemble de bonne facture et en ligne avec les attentes, grâce notamment aux effets change positif sur le dollar, aux baisses des matières premières et des coûts de production.

Les valeurs bancaires, énergie et matières premières très représentées dans les indices ont cependant déçu. Les premières ont été pénalisées par des amendes record, une réglementation durcie et des taux bas défavorables aux activités de crédit.

Les résultats des pétrolières intégrées ont, quant à elles, souffert du repli du baril mais moins qu’escompté grâce aux activités de raffinage. Les producteurs de matières premières ont dû passer des dépréciations d’actifs ou fermer des capacités.

Les prévisions données par les dirigeants pour l’année 2016 sont particulièrement prudentes au regard de la situation dans les émergents et d’un léger ralentissement plus prononcé aux Etats-Unis qu’en Europe. Les prévisions des bénéfices des sociétés du Stoxx600 pour 2016 ont ainsi été revues en baisse depuis le début de l’année par les analystes à +2.8%, seulement concentré sur l’Oil & Gas (-26%), et sur les Basic Ressources (-47%).

Après avoir assaini leurs bilans entre 2010 et 2014, les sociétés européennes profitent d’un environnement de taux bas pour se refinancer à meilleur coût, réaliser des acquisitions et mieux rémunérer leurs actionnaires.

Dorval AM pense que cette révision en baisse des attentes de progression des résultats est désormais intégrée par les investisseurs. Les derniers chiffres macroéconomiques aux Etats-Unis permettent d’écarter le risque de récession, tandis que les banques centrales chinoises et européennes soutiennent leurs économies respectives. Compte tenu des niveaux de valorisations redevenus attractifs en Europe, l’équipe de gestion met à profit la baisse de certains titres, notamment au sein de l’univers Petites et Moyennes capitalisations où la croissance des bénéfices reste la plus élevée (+7.1% et +12.4% respectivement, attendues pour 2016).

Dorval AM réaffirme donc sa vision positive de la demande domestique dans les pays développés.

Comme en 2015, dans un monde en transition, il apparait toujours pertinent de rester à l’écart des grands indices, peuplés surtout des gagnants du cycle précédent (banques, pharma, énergie, télécom) pour se concentrer sur les thématiques d’investissement porteuses de croissance.

Next Finance , 14 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Investir dans des stratégies en actions protégées, pour économiser du capital, mais pas seulement…

L’environnement actuel de taux extrêmement bas incite les investisseurs à chercher d’autres sources de performance, en particulier du côté du marché actions, mais la volatilité des marchés et les contraintes comptables et règlementaires qui pèsent sur les assureurs les incitent à se (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés