›  Opinion 

Et maintenant ?

Avec la victoire du « Brexit », l’image de l’Union européenne est clairement écornée. La situation rappelle celle de la crise des dettes souveraines (2011-2012), où les principaux protagonistes craignaient pour l’avenir de l’Union européenne avec le feuilleton « Grexit ».

Avec la victoire du « Brexit », l’image de l’Union européenne est clairement écornée. La situation rappelle celle de la crise des dettes souveraines (2011-2012), où les principaux protagonistes craignaient pour l’avenir de l’Union européenne avec le feuilleton « Grexit ». Comme à cette époque, le marché va désormais être drivé par des réactions politiques largement imprévisibles à court terme.

Néanmoins, plutôt que de sombrer dans le pessimisme et la morosité, ce vote doit être une opportunité historique de relancer le processus d’intégration européenne (politique, économique, sociale et fiscale). Cette crise est plus politique qu’économique. Une action politique coordonnée des principaux états européens permettra de restaurer la confiance qui manque actuellement aux investisseurs étrangers et domestiques.

En effet, l’investisseur sur les marchés boursiers, s’intéresse principalement au risque intrinsèque de la société (résultats, perspectives, dividendes …) dans lequel il souhaite investir, le risque politique étant (en règle générale) marginal dans les économies développées. Malheureusement en Europe (plus particulièrement en zone euro) le risque politique est depuis trop longtemps la principale source de préoccupation pour un investisseur. Dans ces conditions on comprend mieux la défiance vis-à-vis de cette zone géographique alors même que les chiffres macro-économiques et les résultats des entreprises sont plutôt en constante amélioration depuis plus d’un an ! C’est tout le paradoxe de la situation européenne.

Le Brexit ne fait que prolonger cette méfiance généralisée qui pourrait se propager si aucune réponse forte n’est apportée par les gouvernants politiques européens. En attendant une issue politique favorable qui ne pourra se matérialiser qu’à moyen terme, les marchés resteront chahutés dans les prochains mois. En cas de nouvel accès de faiblesse des marchés, les banques centrales répondront présentes (notamment la BCE, en première ligne, via une possible accélération des achats de dettes privées et publiques) afin de stopper l’hémorragie. En parallèle, la probabilité d’une hausse des taux de la FED à court terme s’éloigne, d’autant plus que les élections américaines se rapprochent.

Dans cette perspective, quelle allocation recommandée ? Étant donné le contexte et la période estivale (volumes plus faible) il convient d’adopter une approche pragmatique qui passe notamment par une large diversification des actifs. Les actifs à privilégier : les actions à forte visibilité (notamment en augmentant la pondération des actions américaines voire suisses présentent sur des secteurs non cycliques comme la santé/pharmacie…), le dollar, le yen, les métaux précieux, et les actifs non risqués aux Etats Unis.

Les actifs qui devraient souffrir : la livre, les actions britanniques (bancaires principalement, l’immobilier, la construction et les secteurs de consommation domestique), les actions européennes les plus cycliques et le secteur bancaire, les actions japonaises (pénalisées par la hausse du yen). Grâce à une large diversification, nos portefeuilles ont particulièrement bien résisté à la forte baisse des marchés. C’est pourquoi il n’y a aucune raison de céder à la réaction exacerbée des marchés, au contraire la volatilité doit toujours être une source d’opportunité.

Le message de prudence actuel est lié à la somme d’incertitudes que les marchés vont nécessairement devoir absorber et non à une remise en cause profonde de l’état de santé des entreprises européennes suite au Brexit. Il est encore trop tôt pour se repositionner massivement sur les actions sévèrement sanctionnées. Néanmoins, ce temps viendra et la deuxième partie de l’année 2016 pourrait bien être celle au cours de laquelle constituer une sélection d’entreprises européennes de qualité s’avèrera un excellent investissement.

Laurent Gaetani , 1er juillet

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés