›  Opinion 

Brexit : L’incertitude, une source d’opportunités

Luke Newman, gérant Long / Short actions britanniques chez Henderson Global Investors, revient sur le Brexit et ses conséquences sur la gestion long/short de son portefeuille d’actions britanniques.

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur l’incidence du vote. La faiblesse de la Livre sterling a, à court terme, eu un effet positif pour les exportateurs britanniques et les tendances de consommation domestiques sont restées les mêmes. Les risques commenceront à apparaitre l’année prochaine, avec la perspective d’activation de l’Article 50 (notification formelle par le Royaume-Uni de son intention de sortir de l’UE), qui devrait survenir au courant du premier semestre 2017.

Conséquences à long-terme sur la gestion long/short

Le Royaume-Uni est un excellent marché pour les fonds actions long/short. Il a une portée mondiale, plus de 70% des revenus du FTSE 100 étant générés en dehors du Royaume-Uni. La bourse de Londres n’est donc pas réellement représentative de l’économie britannique. Ceci a généré de nombreuses opportunités pour les investisseurs long/short depuis le vote. La solidité du FSTE 100 depuis le vote a surpris bon nombre d’observateurs. Celle-ci a été, en grande partie, liée à l’effet de change, les bénéfices engrangés à l’étranger étant rapatriés sur une Livre sterling plus faible. Les méga-capitalisations du FTSE 100, générant la majeure partie de leurs revenus à l’étranger ont donc vu leur rentabilité et le cours de leurs titres augmenter.

Nous avons exploité cette situation, réagissant rapidement après le vote pour augmenter notre exposition longue aux sociétés du FTSE 100 générant des bénéfices en dollars US. Plus la faiblesse de la Livre sterling se poursuit, plus cette incidence positive se poursuivra.

La possibilité d’un Brexit ‘difficile’, et donc d’une récession, exercera une pression à la baisse sur le cours des titres des sociétés britanniques dont les activités sont orientées sur le marché domestique. Tous les titres ne réagiront toutefois pas de la même façon. Les constructeurs d’habitations, par exemple, profiteront probablement des mesures de stimulus qui devraient être présentées dans le budget du gouvernement britannique en novembre prochain.

Des opportunités à exploiter

Le reste de l’année 2016 devrait continuer d’être positif pour notre book de transactions tactiques. De nombreuses incertitudes demeurent, en termes de conséquences du Brexit, de résultat des élections américaines ou encore de politique des banques centrales, avec de nombreux éléments macro-économiques et politiques à surveiller. La flexibilité jouera un rôle déterminant.

Les fluctuations des devises, des courbes de rendement et du marché des matières premières ont, à l’heure actuelle, une forte incidence sur le cours des titres.

La capacité de notre book tactique à réagir à certains de ces changements joue un rôle essentiel sur notre capacité à générer un flux de rendements non-corrélés stables pour nos investisseurs, ce qui fut le cas au cours des deux ou trois dernières années.

Thèmes actuels du book « core »

La légère accentuation de la courbe de rendement signifie que les banques et les sociétés financières suscitent, de nouveau, l’intérêt des investisseurs. Je pense toutefois qu’il est encore trop tôt pour se passer de l’un des thèmes les plus importants de notre book ‘core’ long, à savoir, l’exposition à la duration longue, les activités composites (« proxys obligataires »), capables de générer d’importantes liquidités. Je pense qu’un éventuel relèvement des taux par la Réserve fédérale américaine, le deuxième cette année, pourrait entraîner une légère baisse du côté long de la courbe de rendement, contenant les pressions inflationnistes avant même qu’elles deviennent évidentes.

Ceci signifie que les sociétés de qualité générant de forts rendements, et capables d’accroître les dividendes versés à leurs actionnaires, pourraient continuer de progresser. Les éditeurs Informa et RELX, et les sociétés de paris GVC er Paddy Power Betfair font partie de cette catégorie.

Luke Newman , 11 octobre

P.-S.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Toutes les données de performance tiennent compte du revenu, des gains et des pertes en capital mais n’incluent pas les frais récurrents ou les autres dépenses du fonds.

Les informations contenues dans cet article ne constituent pas une recommandation d’investissement.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés