›  Opinion 

Après 2 mois de hausse dans le calme, aurons-nous un été indien sur les marchés ?

Le reflux des incertitudes économiques et la perspective d’un maintien des positions accommodantes des grandes banques centrales ont permis aux marchés de progresser pendant 2 mois.

Ces tendance sont encourageantes et pourraient se prolonger, permettant aux Bourses de traverser les inévitables incertitudes de l’automne. Nous avons maintenu nos prévisions pour les indices actions en Europe et nous les avons relevées aux Etats-Unis et au Japon. Globalement, nous avons une position légèrement surpondérée sur les actions à court terme et neutre à moyen terme.

Contrairement aux attentes des marchés, l’incertitude a reflué pendant 2 mois. Les tendances économiques enregistrées en juillet et en août ont été plutôt rassurantes, aux Etats-Unis, en Europe et dans les pays émergents. Au Royaume-Uni, les premiers signes de ralentissement qui ont suivi le référendum ont cédé la place à une reprise sensible. Cependant, les tous derniers chiffres publiés, plus mitigés, ne permettent pas d’extrapoler le rythme de ce redressement généralisé au-delà de l’été.

En conséquence, le soutien monétaire devrait encore s’accroitre ou se maintenir au Japon comme en Europe. Quant aux Etats-Unis, des signes de fragilité réapparaissent régulièrement dans une croissance assez modeste et empêchent la FED de relever ses taux, qui plus est, à l’approche des élections américaines. Les marchés continuent d’osciller au gré des changements d’anticipation des investisseurs mais semblent en prendre calmement leur parti.

Les craintes pour les banques ont diminué, les marchés anticipant un assouplissement de la position de la Commission Européenne sur les conditions d’un sauvetage public/privé. En revanche, Matteo Renzi ayant lié son sort à l’issue du Référendum constitutionnel italien, cette échéance pourrait rester une épée de Damoclès jusqu’au mois d’octobre.

La progression des marchés cet été, avec une très faible volatilité, a permis à de nombreux indices actions de retrouver une tendance haussière encourageante pour les investisseurs. Celle-ci pourrait se prolonger.

Certes, l’automne sera particulièrement chargé en évènements avec le référendum italien, les élections américaines et la poursuite du feuilleton sur le Brexit. A ce titre, autant le calme actuel permet à l’économie anglaise de rattraper son retard, autant il est toujours difficile d’imaginer quand et comment la sortie aura lieu. Le désintérêt soudain des marchés pour les conséquences du Brexit peut surprendre tout autant que les craintes excessives qui avaient suivi le référendum.

D’éventuelles déceptions passagères sont possibles mais elles ne devraient pas perturber durablement les marchés. Nous avons maintenu nos prévisions pour les indices actions en Europe et nous les avons relevées aux Etats-Unis et au Japon.

L’été a été propice au renforcement de positions en actions européennes ou émergentes et nous avons relevé nos recommandations à Surpondérer à court terme tout en adoptant une position Neutre sur les actions américaines après leur rallye.

A moyen terme, nous gardons une position neutre sur les actions à l’exception des Etats-Unis que nous surpondérons. Le rapport rentabilité/risque nous y semble toujours plus favorable qu’en Europe.

Globalement, nous avons une position légèrement surpondérée sur les actions à court terme et neutre à moyen terme.

Nous avons modifié nos opinions sectorielles en Europe comme suit. A court terme, nous relevons à Neutre les secteurs Chimie, Services Financiers, Assurances et Banques, dont la sous-performance semble s’achever. Nous abaissons à Neutre le secteur Santé qui souffre de l’incertitude liée aux élections américaines. A moyen terme, nous abaissons à (-) les Télécommunications.

Sur le marché des devises, nous gardons une position neutre sur le dollar.

Nous conservons notre position globale sur les produits de taux à Neutre. A court et moyen terme, nous abaissons à Sous-pondérer les emprunts d’Etat US et Euro les plus surs. A moyen terme, nous relevons les obligations émergentes, beaucoup mieux orientées, à Surpondérer. Nous conservons une position Surpondérer à court terme sur les obligations privées européennes.

Vincent Guenzi , 12 septembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés