ASPIM - Les SCPI et OPCI « grand public » en 2016 : Nouveaux records de collecte

Les statistiques ASPIM-IEIF pour l’exercice 2016 confirment une fois de plus le grand succès commercial des fonds d’investissement en immobilier que sont les SCPI et les OPCI.

Chiffres clés au 31 décembre 2016 (Statistiques ASPIM – IEIF)

SCPI :

  • 178 SCPI gérées par 28 groupes
  • Capitalisation : 43,524 milliards €
  • Collecte nette1 : 5 562 millions €
  • Transactions sur le marché secondaire : 715,30 millions € (soit 1,64% de la capitalisation)
  • Retraits non compensés : 20,77 millions €
  • Collecte brute2 : 6 298 millions € (soit 14,47% de la capitalisation)
  • Augmentation de capital3 : 5 583 millions € par 71 SCPI de 28 groupes de gestion

OPCI « grand public » :

  • 12 OPCI « grand public » gérés par 8 groupes
  • Capitalisation : 8 720 milliards €
  • Collecte nette : 4 082 millions €

Collecte nette

  • SCPI En 2016, avec un total de 5,56 milliards € (+30,0% par rapport à l’exercice 2015), les SCPI, fonds d’investissement immobilier qui existent depuis une quarantaine d’années, ont atteint un nouveau record historique. Cette attractivité remarquable peut être mise en perspective avec le rythme de collecte observé de 2010 à 2014 qui était compris entre 2,46 et 2,93 milliards €. Cette dynamique sans précédent dans l’historique de ce fonds d’épargne immobilière est avant tout liée aux SCPI « Bureaux » dont la collecte s’est montée à 3,13 milliards € à elles seules. En progression relative, les SCPI « spécialisées » ont plus que doublé leur collecte nette par rapport à 2015, avec un total de 583 millions €. A noter que les SCPI «  Immobilier d’entreprise » sont très largement majoritaires dans cette collecte (95,5% du total).
  • OPCI « grand public » On retrouve la même tendance avec les OPCI destinés au « grand public » qui ont collecté pendant la même période un total de 4,08 milliards €, soit une hausse très sensible de 66,44% par rapport aux douze mois de 2015. Outre les deux fonds leader du marché, qui concentrent à eux seuls plus des deux tiers de cette collecte, on note l’évidente montée en régime de trois autres réseaux, sans compter un nouveau fonds tout juste lancé. 2017 devrait donc confirmer cette tendance très positive.

Capitalisation

  • SCPI Au 31 décembre 2016, la capitalisation des SCPI atteignait le total historique de 43,52 milliards €, en progression de 15,1% par rapport au 31 décembre 2015. Pour rappel, le volume sous gestion des SCPI se limitait à 24,84 milliards € il y a cinq ans et à 15,16 milliards fin 2006.
  • OPCI « grand public » Fort logiquement, la capitalisation des OPCI « grand public » enregistre également une progression spectaculaire sur l’année 2016 passant à 8,72 milliards € (+ 92,10% par rapport à la fin 2015).

Au total, la capitalisation cumulée des SCPI et des OPCI « grand public » dépasse pour la première fois les 50 milliards €. La France conforte ainsi la deuxième place européenne de ses fonds immobiliers non cotés destinés au grand public, après l’Allemagne et devant le Royaume-Uni.

Marché secondaire

Avec 715,3 millions € de parts échangées, le marché secondaire des SCPI a connu une activité en légère progression par rapport à celle de l’exercice précédent (+ 5,6%).

Rapporté au montant de la capitalisation à fin 2016, ce marché reste comme d’ordinaire peu profond : le taux annuel de rotation des parts de SCPI s’est limité à 1,76% en 2016. En revanche, il présente un état très satisfaisant de sa liquidité. Le cumul des parts en attente de cessions (sur le marché secondaire des SCPI à capital fixe) et des retraits non compensés (pour les SCPI à capital variable) se limite à 0,19% de la capitalisation globale.

Performances

Le taux de distribution sur la valeur de marché (DVM) a atteint 4,63% sur l’année 2016. Même en-deçà des 5%, il constitue une « prime de risque » favorable par rapport aux placements à capital garanti. Ce « rendement » des SCPI s’étend, suivant les catégories de sociétés, de 4,56 % (SCPI « Bureaux ») à 5,07 % (SCPI « spécialisées »). La diminution mesurée par rapport à l’exercice 2015 s’explique concomitamment par le léger retrait des revenus distribués (- 2,63%) et la hausse de 2,34% de la moyenne pondérée des prix de parts. Pour Arnaud Dewachter, Délégué général de l’ASPIM, « cette performance des SCPI, si elle connaît un tassement, témoigne avant tout du maintien de la solidité financière de ces sociétés au terme de dix années de crise financière ».

Next Finance , 8 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés