AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Un troisième trimestre plus complexe pour les gérants actifs

Seuls 31% des gérants actifs européens ont surperformé leur indice de référence, soit une baisse de 24% par rapport au deuxième trimestre. La stabilité de l’environnement macroéconomique et la faible volatilité ont limité les opportunités de génération d’alpha pour les gérants actions actifs...

La dernière étude réalisée par Lyxor révèle que 31% des gérants actifs européens ont surperformé leur indice de référence au troisième trimestre, soit 24% de moins qu’au trimestre précédent. Les gérants actions ne sont que 35% à avoir surperformé, contre 63% au deuxième trimestre.

Les gérants actions actifs ont eu plus de difficultés à générer de l’alpha au troisième trimestre en raison de la stabilité de l’environnement macroéconomique, de l’absence de nouveaux catalyseurs et de la faible volatilité. Hors Europe, la surperformance des facteurs de risque par rapport aux indices de référence a été limitée, tandis qu’en Europe seuls les facteurs value et momentum ont tiré leur épingle du jeu. Au Japon, aux États-Unis, dans les marchés émergents et en Europe, la plupart des gérants actifs ont renforcé ou maintenu leur exposition sur les segments défensifs (facteurs low beta et qualité notamment) sur la période.

Les fonds actifs sur actions britanniques ont enregistré le plus fort recul : seuls 24% d’entre eux surperforment leur benchmark, en raison de leur exposition aux actions domestiques, qui ont sous-performé au troisième trimestre.

Les fonds axés sur les grandes et moyennes capitalisations européennes s’en sont mieux sortis. 53% des gérants actifs sont en effet parvenus à battre leur indice de référence, un chiffre largement supérieur à la moyenne historique, grâce à une repondération au sein des portefeuilles des valeurs cycliques afin de tirer parti de la reprise européenne. Ces gérants ont exploité la dynamique des actions exposées au bêta élevé alors que le facteur value continuait de surperformer au troisième trimestre.

Dans l’ensemble, les gérants obligataires ont connu un trimestre difficile. Dans un environnement de taux stables, seuls 26% des gérants de dette souveraine européenne et 9% des gérants dans le segment du haut rendement ont surperformé sur la période, pénalisés par la contraction des spreads de crédit. Enfin, 22% des gérants ont surperformé dans le segment de la dette corporate.

« Notre étude souligne à quel point la sélection de fonds est importante dans le cadre de la construction de portefeuille. Ainsi, au troisième trimestre, compte tenu de la faible proportion de gérants actifs ayant battu leur indice de référence dans ces segments, il aurait été plus judicieux d’opter pour une gestion passive sur les segments du crédit européen investment grade, des emprunts d’État européens et des actions américaines. En revanche, sélectionner les meilleurs gérants actifs d’actions européennes eut été salutaire, plus de la moitié d’entre eux ayant surperformé », explique Marlene Hassine Konqui, Responsable de la recherche ETF chez Lyxor.

Next Finance , 22 novembre

P.-S.

Pour aider les investisseurs à optimiser la construction de leur portefeuille, Lyxor Research a développé un modèle quantitatif de suivi des tendances conjoncturelles permettant une allocation factorielle dynamique.

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés