›  Interview 

Salwa Boussoukaya-Nasr : « Nous regardons toutes les stratégies existantes qu’elles soient basées sur des métriques de risque, des approches factorielles ou sur des valeurs fondamentales »

Selon Salwa Boussoukaya-Nasr, Directrice Financière du Fonds des Réserves pour les Retraites, les gérants devraient afficher plus de transparence sur les coûts...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Selon Salwa Boussoukaya-Nasr, Directrice Financière du Fonds des Réserves pour les Retraites (FRR), les gérants devraient afficher plus de transparence sur les coûts de turnover que la mise en place de stratégies Smart Beta peut engendrer.

Next-Finance : Les approches dites factorielles ou Smart Beta prennent-ils plus de place dans votre allocation aujourd’hui ? Quel est le montant de vos encours investis dans le Smart Beta ou via des approches de type factor investing ? Quelle proportion de vos encours cela représente-t-il ?

Salwa Boussoukaya-Nasr : Nous avons investi dans les stratégies Smart Beta sur 3 zones géographiques :

  • L’Amérique du Nord : avec un notionnel de 570 M€ soit 1,6 % de l’actif net global du FRR
  • La Zone Euro : Un niveau de 2 400M€ soit 6.81 % des encours totaux
  • L’Asie Ex Japon : 192 M€ d’encours soit une portion du total des actifs de 0.54 %

Etes-vous uniquement focalisé sur la classe Equity ? Avez-vous un intérêt pour le Smart Beta Obligataire ?

Pour l’instant, les investissements mis en place concernent exclusivement la classe Equity. Néanmoins, nous nous intéressons également au Smart Beta se focalisant sur les obligations d’entreprises. De plus, nos précédents placements en obligations gouvernementales mondiales étaient « benchmarkés » par un indice pondéré par le PIB.

Nous pensons que, même si les performances du Smart Beta ont été meilleures que celles de la gestion active ces dernières années, elle ne pourra pas la remplacer à terme.
Salwa Boussoukaya-Nasr, Directrice Financière du Fonds des Réserves pour les Retraites

Certaines études tendent à démontrer que le Smart Beta ferait aussi bien voire mieux que la gestion active. Pensez-vous que le Smart Beta, à terme, puisse remplacer la gestion active dans les portefeuilles institutionnels ?

Nous pensons que, même si les performances du Smart Beta ont été meilleures que celles de la gestion active ces dernières années, elle ne pourra pas la remplacer à terme. En effet, les stratégies Smart Beta sous-performent dans d’autres conditions de marché et souffriraient, par exemple, en cas de concentration du marché. De plus, la gestion active sera toujours utile afin de ramener les valeurs de marché vers leur valeur fondamentale.

Quelles stratégies suscitent le plus votre intérêt (Low volatility, Maximisation du ratio de Sharpe, Small, Value, Growth, Quality voire des approches multifactorielles) ?

Nous regardons toutes les stratégies existantes qu’elles soient basées sur des métriques de risque, des approches factorielles ou sur des valeurs fondamentales.

Quelles sont les évolutions à apporter à ce style de gestion (transparence, pédagogie, compréhension de l’évolution du modèle avec l’évolution de l’environnement de marché, coûts cachés, etc…) ?

Les deux évolutions qu’il nous semble nécessaire d’apporter concernent deux aspects :

  • Plus de transparence sur les coûts de turnover que la mise en place de stratégies Smart Beta peut engendrer.
  • Qu’adviendra-t-il de l’attractivité de ce type d’investissements si leurs encours augmentent encore. La liquidité et la profondeur de marché seront-elles suffisantes ?
Qu’adviendra-t-il de l’attractivité de ce type d’investissements si leurs encours augmentent encore. La liquidité et la profondeur de marché seront-elles suffisantes ?
Salwa Boussoukaya-Nasr, Directrice Financière du Fonds des Réserves pour les Retraites

Quels sont les principaux éléments que vous prenez en compte pour sélectionner des gérants Smart Beta ?

Nous ne prenons pas en compte d’aspects spécifiques par rapport aux gestions dites plus « traditionnelles » puisque nous utilisons des gérants capables de répliquer toutes sortes d’indices actions.

Paul Monthe , RF , 19 octobre

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Lire aussi

19 octobre

Interview Michel Manteau : « Nous nous sommes surtout positionnées sur les stratégies Smart Beta minimum variance car nous cherchons avant tout à réduire la volatilité de notre portefeuille actions »

Selon Michel Manteau, Responsable du service gestion de portefeuille à la Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France (CARMF), environ 20 % de l’allocation actions de la Caisse est dédiée au Smart Beta…

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Jean-Philippe Médecin : « Solvency II n’a pas conduit à une baisse significative de nos expositions en actions »

Selon Jean-Philippe Médecin, directeur ALM et financement au sein de la direction des investissements, les équipes de CNP Assurances intègrent de plus en plus de couvertures pour limiter les effets de chocs à la baisse des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés