Salon des Seniors, les SCPI pour se constituer un patrimoine ou diversifier son épargne

BNP Paribas Real Estate Investment Management France, structure et gère pour des investisseurs particuliers et institutionnels un patrimoine immobilier diversifié au travers de fonds d’investissement tels que des SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier).

BNP Paribas Real Estate Investment Management France, structure et gère pour des investisseurs particuliers et institutionnels un patrimoine immobilier diversifié au travers de fonds d’investissement tels que des SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier). Ses experts seront présents au Salon des Seniors, du 7 au 10 avril 2016, Porte de Versailles.

« Acheter des parts de SCPI, c’est consacrer une part de son épargne à l’immobilier de bureaux ou de commerces, notamment. Cet investissement de long terme est utile puisqu’il permet d’héberger moyennant loyer des entreprises et des commerçants, et il permet de toucher des revenus versés trimestriellement. La valeur du capital s’appuie sur celle de la pierre, c’est-à-dire sur l’adéquation des immeubles aux besoins des utilisateurs  » précise Jacqueline Faisant, Présidente du directoire de BNP Paribas REIM France.

LES QUATRE ATOUTS DE LA SCPI

1- Accéder à l’immobilier d’entreprise (bureaux, commerces) de façon indirecte, avec un ticket d’entrée accessible (autour de 10 000 €) par rapport à une acquisition en direct.

2- Diversifier ainsi son épargne et mutualiser le risque immobilier en raison de la diversité des immeubles, des localisations et des locataires du patrimoine de la SCPI.

3- Profiter de la compétence d’une société de gestion pour la sélection et l’acquisition des immeubles et bénéficier d’une gestion complètement déléguée, en contrepartie de frais de gestion.

4- Percevoir des revenus versés trimestriellement sous la forme majoritairement de revenus fonciers même s’ils ne sont pas garantis.

L’investisseur peut diversifier son épargne en investissant dans un placement détenant des actifs immobiliers d’entreprises et difficilement accessible pour un particulier. Il perçoit un revenu qui constitue éventuellement un complément.

DIVERSIFIER SON EPARGNE PAR LE PLACEMENT EN SCPI

Exemple : un ticket moyen de 25 K€ correspond à l’achat de 134 parts dans la SCPI Accimmo Pierre (134 parts* 191 € = 25 594 €). Un associé qui détenait 134 parts de la SCPI Accimmo Pierre a reçu, pour l’année 2015, des dividendes pour 1 129.62 € (134 parts * 8.43 € / part). Ces dividendes ont été versés sur 4 trimestres.

Cela correspond à un rendement net de frais et de charge (avant votre fiscalité personnelle) de 4.51%. (Pour l’année 2016, la fourchette de distribution est comprise entre 8.40 € à 8.50 € / part.)

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La SCPI permet à l’investisseur d’ajuster le montant investi à sa situation financière et patrimoniale. Ainsi l’épargnant acquiert ses parts à son rythme. Exemple : la SCPI Accimmo Pierre nécessite une acquisition de 10 parts minimum, soit 1 870 € pour le premier investissement. Ensuite, l’investisseur devenu associé peut acheter le nombre de parts qu’il souhaite en fonction de son épargne disponible.

INVESTIR EN SCPI POUR SE CONSTITUER UN PATRIMOINE ET PREPARER SA TRANSMISSION

La SCPI est une structure de placement collectif en immobilier et ses parts peuvent être financées par crédit. Celui-ci est partiellement payé par les revenus versés tous les trimestres par la SCPI. L’épargnant se constitue alors un patrimoine en limitant son effort d’épargne. Sur le plan fiscal, les intérêts d’emprunt sont déductibles des revenus fonciers.

Exemple : avec un effort d’épargne de 150 € sur 9 ans, un associé achète 22 920 € de parts de la SCPI Accimmo Pierre hors fiscalité (achat : 120 parts * 191 € = 22 920 € / avec un remboursement de crédit mensuel d’environ 235 € et des revenus estimés à 4.5% nets).

La SCPI facilitent la transmission du patrimoine. En effet, les parts de SCPI peuvent être démembrées, c’est à dire qu’il est possible d’en dissocier la nue-propriété de l’usufruit. Ainsi, pour préparer leur transmission, des parents peuvent conserver l’usufruit - et donc les revenus trimestriels - et donner la nue-propriété à leurs enfants.

A l’issue d’une succession, le conjoint survivant qui dispose de l’usufruit du patrimoine (ses enfants ayant la nue-propriété) peut également choisir d’investir en SCPI. Il aura ainsi des revenus, versés régulièrement.

Next Finance , 30 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés