›  Opinion 

Retour en grâce des actions émergentes

D’un point de vue tactique, l’équipe Emerging Markets Equities de Robeco est de nouveau optimiste pour les marchés actions émergents. Nous prévoyons que les actions émergentes surperforment celles des marchés développés aussi bien sur le court terme que sur le long terme. Dans nos prévisions, nous expliquons ce qui motive cette opinion...

D’un point de vue tactique, l’équipe Emerging Markets Equities de Robeco est de nouveau optimiste pour les marchés actions émergents. Nous prévoyons que les actions émergentes surperforment celles des marchés développés aussi bien sur le court terme que sur le long terme. Dans nos prévisions, nous expliquons ce qui motive cette opinion.

Points clés
• Les actions émergentes présentent de bonnes perspectives à court et à long terme
• Les réformes, valorisations, bénéfices et politiques monétaires sont favorables
• Les inquiétudes liées à la Chine, aux taux d’intérêt et à la politique des Etats-Unis sont mises en perspective

Au cours des six dernières années, nous avons pu observer beaucoup de négativisme concernant les marchés émergents. Les craintes relatives à un atterrissage brutal de l’économie chinoise, les scandales de corruption du milieu politique et des entreprises au Brésil, les questions d’ordre géopolitique en Russie et un effondrement en Afrique avec la fin du boom des matières premières ne sont que quelques-uns des événements qui ont fait les gros titres et ont contribué à créer un sentiment négatif à l’égard de cette classe d’actifs. Tout cela a conduit à une performance décevante sur les marchés actions émergents et au délaissement de la classe d’actifs ces dernières années.

Résistance

Néanmoins, après le référendum britannique sur le Brexit, les marchés actions émergents ont fait preuve d’une bonne résistance, tant en termes absolus que par rapport aux marchés développés. Le vote du Brexit est de toute évidence essentiellement une question européenne et d’un point de vue fondamental, les répercussions à plus long terme sur les marchés émergents sont limitées. Parmi les grands blocs du commerce mondial, c’est l’Europe qui devra faire face à la plus grande incertitude en matière de futurs développements sur le plan politique et macroéconomique. De plus, étant donné que la plupart des devises émergentes sont bien plus corrélées au dollar qu’à l’euro, celles-ci devraient rester relativement à l’abri des troubles potentiels en Europe.

Un redressement des prévisions de bénéfices de bon augure pour la performance des marchés émergents

La sous-performance des actions émergentes de fin 2010 à fin 2015 a été principalement liée à la faiblesse des bénéfices par rapport à ceux des marchés développés. À l’avenir, nous prévoyons une amélioration des bénéfices sous l’effet de politiques monétaires plus favorables et d’une baisse des pressions exercées sur les devises émergentes. Les réformes en Chine, en Inde, en Corée et en Indonésie constituent aussi un élément positif, aussi bien d’un point de vue macroéconomique que pour les marchés financiers.

Les investisseurs ont tendance à se focaliser sur les indicateurs macroéconomiques à court terme. Sur cette période, la Chine doit faire face aux problèmes de la dette et relever des défis en matière d’ouverture des marchés financiers au reste du monde, ce qui entraîne une volatilité de la devise. Toutefois, en ce qui concerne le long terme, les Chinois sont les champions du monde quand il s’agit de plans stratégiques. La Chine est en pleine transition : de centre de production mondiale soutenu par les bas salaires à une économie de services basés sur les connaissances. Pour atteindre cet objectif, le pays est de plus en plus ouvert aux capitaux étrangers, à l’entrepreneuriat et aux capitaux privés. Les Chinois ont l’habitude de penser en termes de décennies.

Et il est vrai qu’à plus long terme, l’économie chinoise dispose d’une solide position, soutenue par une vaste classe émergente de consommateurs, d’importantes réserves de change et un excédent de compte courant considérable. Le pays reste par ailleurs le plus grand centre de production du monde. À long terme, nos inquiétudes portent sur les niveaux d’endettement au sein de l’économie chinoise, mais cette préoccupation est partagée par le gouvernement. À l’heure actuelle, nous prévoyons une hausse des ratios dette/PIB, mais pour le moment, les niveaux sont inférieurs à ceux de beaucoup d’autres pays, aussi bien développés qu’émergents.

Après six années consécutives de sous-performance des marchés actions émergents par rapport aux pays développés les valorisations actuellement au plus bas offrent d’intéressantes opportunités d’achat.

L’équipe Emerging Markets Equities Robeco , 8 août

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion L’ubérisation des hedge funds par la gestion « Alternative Risk Premia »

Après les gérants traditionnels avec les ETFs, les gérants de hedge funds sont de plus en plus concurrencés par les fonds « Alternative Risk Premia » qui répliquent stratégies d’investissement similaires, à moindre coût et avec une liquidité (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés