AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Relax don’t do it !

Plusieurs membres de la BCE, dont son Président Mario Draghi viennent de rappeler que l’institution maintiendrait longtemps encore une politique de taux très bas. Cette clarification met en pleine lumière l’intérêt de l’immobilier coté dont les taux de rendement sont très largement supérieurs à ce que rapportent les emprunts d’Etat ou, en assurance vie, les fonds en Euros.

Plusieurs membres de la BCE, dont son Président Mario Draghi viennent de rappeler que l’institution maintiendrait longtemps encore une politique de taux très bas. Cette clarification met en pleine lumière l’intérêt de l’immobilier coté dont les taux de rendement sont très largement supérieurs à ce que rapportent les emprunts d’Etat ou, en assurance vie, les fonds en Euros.

La mission principale de la Banque Centrale Européenne est de lutter contre un retour de l’inflation.

Cette dernière ne respecte actuellement aucun des critères rappelés par Monsieur Draghi : elle n’est ni auto-entretenue (ce qui surviendrait si les hausses de prix engendraient une hausse des salaires qui elle-même conduirait à de nouvelles progresssions des prix) ni globale ni durable (son niveau actuel est le fruit de la politique volontairement laxiste des autorités monétaires et de l’impact progressivement dilué de la hausse des matières premières). Au total, elle n’atteint pas le niveau d’alerte de 2% (+ 1,5% pour le mois de mars en zone Euro dont + 0,7% pour l’inflation cœur).

Le scénario des mois à venir est donc clair et tout a été mis en œuvre en termes de communication pour qu’il en soit ainsi :
la BCE met d’abord en œuvre un ralentissement modéré (et réversible) de son programme d’achats de dettes (passé de 80 à 60 Mds par mois depuis le 3 Avril) puis suivra, si le scénario d’amélioration de l’environnement économique se confirme, une hausse des taux directeurs dont la remontée est désormais attendue en juillet 2018 seulement par les marchés financiers.

Il en a résulté une nette détente des taux souverains, le Bund allemand à dix ans étant retombé aux alentours de 0,2%.

Cette perspective remet en lumière l’intérêt pour les investisseurs long terme de la classe d’actifs immobilière qui offre aujourd’hui, pour les meilleurs emplacements avec des baux longs et sécurisés, une prime inégalée par rapport aux taux des emprunts d’Etat sur les dix dernières années.

En témoigne le graphique ci-dessous qui met en rapport les taux longs français avec le rendement offert sur les bureaux Prime parisiens d’une part, et sur le patrimoine de Gecina, la plus grande foncière de bureaux européenne, d’autre part.

Prime yields - risk free rate - Gecina average office yield

JPEG - 25.9 ko
Source : GECINA

Laurent Saint Aubin , 19 avril

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés