›  Opinion 

Réduction de l’exposition aux actions

Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM indique que la société de gestion réduit l’exposition aux actions émergentes à neutre. La croissance mondiale ralentit, la reprise chinoise marque le pas et la Fed resserre sa politique monétaire. Les incertitudes concernant le Brexit pourraient de plus s’amplifier.

Nous réduisons l’exposition aux actions émergentes à neutre. La croissance mondiale ralentit, la reprise chinoise marque le pas et la Fed resserre sa politique monétaire. Les incertitudes concernant le Brexit pourraient de plus s’amplifier.

Nous abaissons ainsi de surpondérée à neutre notre exposition aux actions mondiales.

Nous conservons une surpondération des actions européennes et japonaises par rapport aux actions américaines. Les marges des entreprises américaines ont en effet atteint des niveaux record et vont subir désormais la pression des hausses de salaire et le resserrement probable des conditions financières. En Europe et au Japon, les marges des entreprises vont augmenter avec le retour de la croissance et resteront soutenues par des politiques monétaires ultra-accommodantes. De plus, les valorisations plaident en faveur de l’Europe et du Japon. Enfin, la politique du gouvernement nippon porte ses fruits : les rachats d’actions sont nombreux à la bourse de Tokyo, augmentant mécaniquement le rendement du capital.

En ce qui concerne les secteurs, nous conservons une orientation cyclique via la surpondération des matériaux et de la consommation discrétionnaire, principalement pour des raisons de valorisation.

Nous maintenons la surpondération des obligations émergentes et du High Yield. Le ralentissement de la croissance mondiale poussera les banques centrales à maintenir des taux bas plus longtemps, soutenant l’appétit pour le rendement.

Notons que l’offre de dette souveraine émergente en dollars diminue : le montant des remboursements et des paiements de coupons a récemment dépassé le volume des nouvelles émissions. Ceci constitue un facteur de soutien notable.

L’or, actif défensif généralement performant dans les périodes de montée des inquiétudes, est relevé de neutre à surpondéré.

Frédéric Rollin , 13 juin

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés