›  Opinion 

Qu’attendre de la réunion de la BCE du 10 mars ?

Selon David Ganozzi, gérant Allocation d’Actifs chez Fidelity International, il est fort probable que la BCE annonce de nouvelles mesures à l’issue de sa réunion du mois de mars. Pour lui, Mario Draghi l’a suggéré à plusieurs reprises ces derniers mois.

En février, l’inflation sous-jacente est ressortie à 0,7 % seulement et la BCE est toujours encline à soutenir l’économie. Elle abaissera probablement son taux de rémunération des dépôts de 10 points de base, à -0,4 %.

D’autres mesures sont tout à fait envisageables, comme l’introduction de taux négatifs par paliers, a l’instar de la Banque du Japon, voire un renforcement de son programme d’achat d’actifs (vraisemblablement par le biais d’un accroissement de l’enveloppe mensuelle consacrée à ces achats et d’un élargissement du périmètre des actifs admissibles).

Les valeurs bancaires européennes ont été malmenées au début de l’année 2016 mais les banques européennes seront sans doute défendues vigoureusement. On peut s’attendre à ce que Mario Draghi souligne que la plupart des banques d’importance systémique respectent, voire dépassent, les ratios de fonds propres fixés par leur autorité de réglementation.

Dans une certaine mesure, la perspective d’une action de la BCE est déjà reflétée par la baisse des rendements obligataires – en particulier celui du Bund allemand, qui flirte avec son plus bas historique d’avril 2015 – et, dans une moindre mesure, par la dépréciation de l’euro, même si cette dernière résulte aussi en partie de meilleures perspectives aux Etats-Unis.

Le risque est que la BCE déçoive les marchés mais, dans la mesure où elle a déjà commis cette erreur en décembre, elle s’est efforcée de mieux gérer les anticipations à l’approche de la réunion très attendue du Conseil des gouverneurs ce mois-ci.

David Ganozzi , 10 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Solvabilité II : peut-on valoriser les engagements des assureurs comme des produits dérivés ?

Alors que la directive Solvabilité II est entrée en vigueur et mise en œuvre dans les compagnies d’assurance européennes depuis le 1er Janvier 2016, de nombreuses questions se posent encore quant à l’utilisation de la théorie des options en finance pour valoriser les engagements des (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés