›  Note 

Progression des fusions-acquisitions en Europe et transactions réduites sur un marché américain en attente

Au cours du trimestre, les acquéreurs ont continué d’inscrire des performances financières excellentes, avec une série ininterrompue de quinze trimestres de surperformance.

L’étude Willis Towers Watson – menée en partenariat avec la Cass Business School – prend en compte les performances des actions des sociétés une fois les transactions finalisées. Au cours du trimestre, les acquéreurs ont continué d’inscrire des performances financières excellentes, avec une série ininterrompue de quinze trimestres de surperformance.

Dynamique maintenue pour les mégatransactions

L’activité M&A s’est accélérée en Europe au troisième trimestre avec une poussée du nombre de fusions-acquisitions menées à bien, en passe d’atteindre un plus haut niveau sur cinq ans d’ici la fin de l’année selon les données publiées dans la dernière édition du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM, l’observatoire trimestriel des fusions-acquisitions) de Willis Towers Watson. Le marché nord-américain, même s’il représente encore près de 50 % du total des opérations mondiales, s’est contracté de 15 % depuis l’an dernier en termes de volume et en cumul annuel.

L’étude Willis Towers Watson – menée en partenariat avec la Cass Business School – prend en compte les performances des actions des sociétés une fois les transactions finalisées. Au cours du trimestre, les acquéreurs ont continué d’inscrire des performances financières excellentes, avec une série ininterrompue de quinze trimestres de surperformance. Ces sociétés ont ainsi dégagé une surperformance de 5,2 points de pourcentage par rapport à l’indice du marché [1]. En légère baisse il est vrai par rapport aux 5,8 points du trimestre précédent.

Selon l’étude, le nombre de mégatransactions finalisées en 2016 (d’une valeur supérieure à 10 milliards de dollars) pourrait atteindre un record depuis le lancement de l’indice en 2008, avec cinq opérations conclues ce trimestre et 22 opérations depuis le début de l’année, soit le nombre de mégatransactions enregistrées pour l’ensemble de l’année 2015.

Maud Mercier, Directrice de l’activité Global Solutions and Services – Willis Towers Watson France, explique : « Au dernier trimestre, nous nous demandions si l’activité M&A marquait une pause ou plafonnait, mais face à la croissance du volume des opérations en Europe, à la surperformance continue des actions des acquéreurs et au nombre important des mégatransactions qui viennent soutenir le marché, il est évident que l’activité M&A est très robuste et que les acquéreurs continuent de dégager de la valeur. »

La répartition régionale des transactions révèle une baisse sensible des volumes en Amérique du Nord, avec 94 transactions finalisées durant le trimestre, contre 118 au troisième trimestre 2015. Ce ralentissement du nombre des opérations finalisées contraste avec le renforcement de la surperformance des acquéreurs nord-américains par rapport à l’indice [2], qui est passée de 1.5 pp au deuxième trimestre 2016 à 6.2 pp au troisième trimestre 2016. En Europe, on note non seulement une nette augmentation des volumes de transactions (47 opérations finalisées au troisième trimestre 2016 contre 35 au deuxième trimestre 2016) mais aussi une surperformance de 7.8 points par rapport à l’indice régional, prolongeant une série ininterrompue de six trimestres de surperformance pour les sociétés européennes impliquées dans des transactions.

L’étude révèle une progression significative des transactions rapides durant le trimestre, avec 45 % des opérations contre 36 % au deuxième trimestre 2016. La vitesse de finalisation s’avère par ailleurs fortement contrastée selon les régions. En effet, environ la moitié des opérations réalisées en Amérique du Nord (60 %) et en Europe (47 %) sont finalisées en moins de 70 jours à compter de leur annonce, contre moins d’une opération sur cinq (18 %) en Asie.

Maud Mercier conclut : « La baisse relative des volumes aux États-Unis pourrait s’expliquer par les incertitudes persistantes liées aux élections présidentielles prochaines, mais la surperformance des entreprises participant aux opérations de fusion-acquisition dans la région nous suggère que celles qui osent se lancer sont récompensées. Le dynamisme du marché géographiquement vaste des mégatransactions de plus grande envergure indique en outre que les entreprises continuent de croire au potentiel de transformation et de création de valeur ajoutée des transactions. »

L’étude nous apprend également que les secteurs de l’énergie et de l’électricité, mais aussi des télécommunications ont sous-performé leurs indices de marché respectifs, alors que dans tous les autres secteurs industriels, les opérations M&A ont enregistré de meilleures performances que les indices sectoriels. Les opérations transfrontalières, transrégionales et intra-sectorielles ont affiché une nette progression par rapport au trimestre précédent, avec des surperformances de 4.4, 1.8 et 8.6 pp respectivement.

Next Finance , 3 octobre

Notes

[1] Sauf indication contraire, l’indice MSCI World est l’indice utilisé par défaut.

[2] Sauf indication contraire, l’indice MSCI World est l’indice utilisé par défaut

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note La recherche de rendement, un exercice de plus en plus difficile

Sous l’action des banques centrales, la thématique de la recherche de rendement a été exacerbée ces dernières années, aplatissant les courbes et tirant de plus en plus bas les niveaux de rendement des obligations, parfois jusqu’en territoire négatif. Il faut aujourd’hui prendre de (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés