›  Opinion 

Pourquoi ça baisse ?

Les marchés actions européens ont rompu en Février avec un cycle de plusieurs mois de hausse régulière et surtout linéaire (ou presque).

Pourtant, la situation macro-économique, et même micro-économique avec des publications de résultats exceptionnellement favorables, reste réjouissante (voir graphique ci-contre). Mais bien sûr, on le sait, la bourse raisonne en tendance plus qu’en niveau et quand tout va bien, les choses peuvent difficilement s’améliorer (graphique de gauche). Enfin, certes tout va bien mais même après le léger retracement récent, les marchés restent chers (graphique de droite).

Aussi, les évènements du type élections en Europe et autres « trumpitudes » doivent être considérés comme des prétextes à ce retournement de marché essentiellement justifié par des raisons de valorisations. Toutefois, tant que ce contexte macro (et micro)-économique perdure, il semble difficile d’imaginer un marché en perdition et l’on peut même avancer qu’un scénario à la 2017, les marchés restent bien valorisés mais montent à la hauteur de la croissance des profits, soit possible.

L’équipe Actions Value , 13 mars

P.-S.

*L’indice de surprises économiques mesure le niveau de surperformance des données macroéconomiques publiées par rapport aux anticipations des prévisionnistes (consensus). Si l’indicateur est négatif cela ne veut pas nécessairement dire que les données macroéconomiques sont mauvaises mais simplement qu’elles sont inférieures aux anticipations.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés