Perspectives trimestrielles pour l’obligataire : être sélectif

Comment naviguer sur les marchés obligataires pour cette nouvelle année ? Selon Kommer van Trigt, responsable de l’équipe Fixed Income Macro de Robeco il sera de plus en plus important d’être sélectif en termes de régions, secteurs, maturités et séniorité...

Le vieil adage en matière d’obligataire selon lequel il est plus important d’éviter les perdants que de sélectionner les gagnants recommencera à occuper le devant de la scène. Dans le même temps, des opportunités d’investissement attractives sont toujours présentes sur ce marché obligataire divers, mondial et segmenté.

Points clés

  • Le contexte difficile du marché obligataire nécessite un style d’investissement flexible, ignorant les benchmarks
  • Il est important d’être sélectif pour identifier les opportunités attractives toujours présentes
  • Le scénario d’un marché obligataire fortement baissier est improbable

Les années qui ont suivi la Grande Récession ont été d’excellentes années en matière d’investissement pour les classes d’actifs obligataires plus risquées, telles que la dette émergente et les obligations High Yield. D’un point de vue de la valorisation, ces classes d’actifs semblaient attractives, ce qui était à l’époque soutenu par une amélioration progressive des fondamentaux et des facteurs techniques.

Au cours des dernières années, cette situation a changé. Cela a commencé en 2013, lorsque la frustration provoquée par le « tapering » a souligné la vulnérabilité des marchés émergents vis-à-vis d’une modification de l’orientation de la politique monétaire des États-Unis. Depuis, la détérioration des fondamentaux et des facteurs techniques a conduit à des performances décevantes sur ce segment. En ce qui concerne les marchés des crédits, le tournant remonte à l’été 2014, lorsque le marché High Yield américain a commencé à sous-performer sous l’effet d’un secteur de l’énergie en difficulté. Depuis ce moment, de plus en plus de signes indiquent que le cycle du crédit arrive à maturité et que la prudence est de mise.

Nos perspectives clés pour 2016

Dans le contexte actuellement difficile, nous préconisons un style d’investissement flexible, ignorant les benchmarks et portant sur un univers d’investissement mondial. Voici nos perspectives clés pour l’investissement en 2016 :

  • Éviter les perdants sera tout aussi important qu’en 2015 – pour le moment, nous restons prudents vis-à-vis du High Yield et de la dette émergente. Les perdants de 2008 seront de nouveau les gagnants de cette année – nous restons donc optimistes à l’égard des financières.
  • Au sein des crédits, il est important d’être sélectif : nous privilégions les crédits EUR par rapport aux crédits USD, les financières par rapport aux industrielles, et les obligations subordonnées par rapport aux obligations senior. Le risque lié à des émetteurs spécifiques (idiosyncratique) continuera d’augmenter au sein des crédits – une approche axée sur la recherche sera payante.
  • La Chine réservera encore des surprises sur le plan négatif – nous détenons des obligations d’État australiennes à échéance courte dans le but de profiter du scénario de ralentissement.
  • Nous traversons actuellement une époque marquée par une économie mondiale à croissance faible où l’inflation est basse. Selon nous, il n’y a donc qu’une faible probabilité d’assister à un scénario de marché obligataire fortement baissier. Le resserrement de la politique de la Fed se fera de manière très progressive. La plupart des banques centrales, dont la Banque centrale européenne et la Banque du Japon, maintiennent une politique accommodante. Au fur et à mesure que la Fed normalisera sa politique monétaire, nous prévoyons un nouvel aplatissement de la courbe des taux américains. Nous préférons de ce fait les bons de Trésor américain à échéance longue par rapport aux obligations à échéance courte.
  • La divergence entre la zone euro et les États-Unis ayant atteint un sommet, nous anticipons une convergence des taux obligataires entre ces deux régions. Nous préférons de ce fait les bons de Trésor américain par rapport à leurs homologues allemands.
  • Si les marchés de la périphérie sont soutenus par le programme d’achat de la BCE, leurs valorisations semblent toutefois moins attractives. Les stratégies inter-pays offrent néanmoins des opportunités – nous privilégions ainsi les obligations irlandaises et portugaises au détriment de leurs homologues italiennes et espagnoles.

Kommer van Trigt , 23 février

Voir en ligne : L’intégralité des perspectives trimestrielles pour l’obligataire

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Investir dans des stratégies en actions protégées, pour économiser du capital, mais pas seulement…

L’environnement actuel de taux extrêmement bas incite les investisseurs à chercher d’autres sources de performance, en particulier du côté du marché actions, mais la volatilité des marchés et les contraintes comptables et règlementaires qui pèsent sur les assureurs les incitent à se (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés