›  Opinion 

Nous resterons sélectifs afin de profiter du regain d’intérêt des investisseurs pour les marchés émergents

2017 a confirmé notre opinion selon laquelle les marchés émergents doivent être abordée en tenant compte, le plus possible, des risques et en n’utilisant pas l’indice comme point de départ. Dans ces marchés, nous estimons qu’il est nécessaire d’éviter les sociétés de faible qualité aux valorisations bon marché...

2017 a confirmé notre opinion selon laquelle les marchés émergents doivent être abordée en tenant compte, le plus possible, des risques et en n’utilisant pas l’indice comme point de départ. Dans ces marchés, nous estimons qu’il est nécessaire d’éviter les sociétés de faible qualité aux valorisations bon marché et les sociétés de croissance aux valorisations excessives. Pour autant, les opportunités d’investissement à long terme dans certains marchés émergents sont nombreuses pour 2018.

Des tendances démographiques favorables à la croissance des entreprises

La croissance de la population et la montée en puissance de la classe moyenne stimulent la demande pour une vaste gamme de produits et services que les consommateurs des pays développés considèrent comme acquis. Un nombre croissant de sociétés qui génèrent la majeure partie de leurs revenus grâce à leurs opérations dans des pays émergents sont bien placées pour bénéficier de ces tendances.

Cependant, la faiblesse de l’état de droit dans certains marchés, avec de nombreux dirigeants politiques et hommes d’affaires indésirables, nécessite d’être vigilants. Le caractère immature des systèmes juridiques et politiques signifie que les niveaux de volatilité économique et de protection des actionnaires minoritaires sont bien souvent inadaptés.

Aussi nous prenons soin de n’investir qu’aux côtés d’actionnaires majoritaires sachant faire preuve d’intégrité et traitant leurs actionnaires minoritaires de façon équitable.

Des sociétés de qualité à prix raisonnable dans des régions en développement

En Inde, plusieurs idées de titres peuvent être trouvées en dehors du secteur onéreux de la consommation. Dans les autres pays émergents se trouvent des sociétés qui ont fortement pâti de la baisse des cours des matières premières et de la faiblesse des conditions économiques, notamment au Brésil, a Chili et en Afrique du Sud. Ceci a entraîné un affaiblissement des devises, des valorisations plus attrayantes et de belles opportunités d’amélioration de la gouvernance nationale.

Nous ne sommes que faiblement exposés directement à la Chine, mais nous apprécions, à l’heure actuelle, certaines sociétés taïwanaises, notamment dans le secteur de la consommation, qui ont des opérations importantes en Chine. Il s’agit de sociétés privées plutôt que publiques et qui disposent d’excellents historiques de réalisation des objectifs financiers et d’alignement avec les intérêts des actionnaires minoritaires.

L’enthousiasme pour les actions des marchés émergents continue de croître, ce qui se traduit par de solides flux en faveur de la classe d’actifs et une hausse des cours.

Nous sommes convaincus du potentiel des marchés émergents à long terme, mais pour 2018, nous estimons qu’il sera plus que jamais important de ne pas faire de compromis sur la qualité, de maintenir une approche à long terme et d’appliquer une discipline de valorisation rigoureuse.

Glen Finegan , Décembre 2017

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés