AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Montée en flèche des dividendes mondiaux en 2017

Les dividendes mondiaux se sont envolés au troisième trimestre, bondissant de 14,5% en termes totaux pour atteindre $328,1 milliards, un nouveau record pour le T3. Cette hausse du taux de croissance des dividendes totaux est sans conteste la plus rapide jamais enregistrée sur un trimestre en l’espace de trois ans...

Les dividendes mondiaux se sont envolés au troisième trimestre, bondissant de 14,5% en termes totaux pour atteindre 328,1 milliards de dollars US, un nouveau record pour le T3. Cette hausse du taux de croissance des dividendes totaux est sans conteste la plus rapide jamais enregistrée sur un trimestre en l’espace de trois ans, et s’explique essentiellement par des dividendes extraordinaires généreux. Le Janus Henderson Global Dividend Index a atteint 168,2, du jamais vu, et les sociétés de l’indice sont bien parties pour générer des dividendes records en 2017.

La croissance sous-jacente, ajustée des effets de change, des dividendes extraordinaires et d’autres facteurs, a augmenté de 8,4%, ce qui correspond à sa plus forte hausse en près de deux ans. Les dividendes sous-jacents ont augmenté sur l’ensemble des régions et des secteurs, même si les taux de croissance varient fortement de l’un(e) à l’autre. Le Royaume-Uni se place en tête, après avoir été à la traîne derrière le reste du monde l’an dernier, alors que les marchés émergents ferment la marche en raison d’une baisse des résultats de la Chine pour la troisième année consécutive.

Rares ont été les sociétés européennes à verser des dividendes au troisième trimestre. Sur ce plan, l’Espagne est toutefois beaucoup moins saisonnière que ses voisins et est manifestement le plus gros payeur du trimestre. Si la croissance des dividendes du pays a été, pendant un bon moment, inférieure au reste de la région, elle montre désormais des signes d’amélioration. Après prise en compte de la vigueur de l’euro, les dividendes sous-jacents espagnols s’inscrivent en hausse de 13,3%. En Europe, plus de neuf sociétés sur dix ont augmenté leurs paiements par rapport au troisième trimestre 2016.

Les dividendes nord-américains dominent le troisième trimestre, représentant quatre dollars sur dix payés à l’échelle internationale. On observe une forte croissance aux États-Unis et au Canada, avec une hausse de respectivement 9,2% et 11% pour les dividendes sous-jacents. L’ensemble des secteurs américains ont augmenté leurs paiements. Parmi les plus gros payeurs aux États-Unis, les banques, les logiciels et les semi-conducteurs ont tous enregistré une augmentation supérieure à 10%.

Le troisième trimestre marque un pic saisonnier pour les dividendes payés en Asie Pacifique hors Japon. Le montant total a ainsi augmenté de 36,2% dans la région pour atteindre 69,6 milliards de dollars US, stimulé par d’importants dividendes extraordinaires à Hong Kong. La croissance des dividendes sous-jacents est également impressionnante (12,1%), avec de nouveaux records atteints à Hong Kong, en Australie et à Taïwan. Les résultats de l’Australie ont particulièrement bénéficié du retour des dividendes dans le secteur minier, la hausse des cours des matières premières et la baisse des bases de coûts entrainant une augmentation des bénéfices.

La plupart des dividendes chinois sont également payés au cours du troisième trimestre. Ils ont légèrement diminué par rapport au troisième trimestre 2016, ce qui signifie que la Chine pourrait enregistrer, en 2017, sa troisième année de baisse consécutive après des années de croissance ininterrompue. D’autres marchés émergents ont enregistré une meilleure croissance.

Le Royaume-Uni a fait son grand retour au troisième trimestre, après avoir été à la traîne loin derrière ses homologues internationaux dans le sillage de la dévaluation de la livre sterling à l’issue du vote sur le Brexit et d’une vague de réductions et d’annulations de dividendes de la part de certaines des plus grandes sociétés cotées britanniques. Les dividendes sous-jacents du pays ont enregistré l’augmentation la plus rapide au monde au troisième trimestre, en hausse de 17,5%, grâce, principalement, au secteur minier. En termes totaux, les dividendes s’inscrivent en hausse de 12,7%, à 29,6 milliards de dollars US.

Au vu de la belle tenue des dividendes à l’échelle internationale, Janus Henderson a revu ses prévisions à la hausse pour 2017. Les dividendes devraient atteindre un nouveau record de 1.249 milliards de dollars US, soit une augmentation de 7,4% en termes totaux et de 7,3% en termes sous-jacents. Janus Henderson a, au cours de l’année, relevé ses prévisions initiales de 91 milliards de livres sterling.

Ben Lofthouse, gérant du Global Equity Income Fund chez Janus Henderson : "Il n’est pas arrivé souvent, au cours des dernières années, que les dividendes augmentent dans toutes les régions du monde au même moment. La confiance s’améliore, l’économie mondiale poursuivant sa normalisation tant attendue d’après-crise, et les bénéfices des sociétés progressent. Les investisseurs axés sur le revenu profitent de cette croissance, qui se traduit par une augmentation des dividendes.

Après les résultats exceptionnels des deuxième et troisième trimestres, les dividendes des sociétés cotées à l’échelle internationale devraient facilement atteindre cette année le plus haut montant jamais réalisé. La croissance sous-jacente est deux fois plus rapide que ce que nous anticipions en début d’année. Elle est portée par une croissance économique mondiale globale et synchronisée, tandis que le taux de croissance des dividendes totaux a été soutenu par la faiblesse du dollar US et l’augmentation des dividendes extraordinaires."

JPEG - 83 ko
Source : Janus Henderson Investors

Next Finance , 22 novembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés